Aller au contenu principal

Maman bio : les couches lavables

Il y a encore un an de cela, j’ai poussé de grands cris scandalisés à la simple évocation des couches lavables pour bébé. Je n’arrivais pas à imaginer pourquoi des parents pouvaient s’infliger une telle contrainte. J’avais une vision persistante : une couche pleine de caca à nettoyer, laver alors que le réflexe premier serait plutôt de la jeter vite fait à la poubelle pour oublier cette vision cauchemardesque ainsi que son odeur (tout aussi cauchemardesque). Et encore je ne savais pas à l’époque qu’un bébé allaité agrémentait sa couche d’un beau caca bien liquide et d’une couleur unique en son genre, nommée poétiquement « jaune d’or ». 
Malgré cela, il m’est arrivé quelque chose. Je ne sais plus bien à quel moment, j’ai basculé, car oui j’ai basculé de l’autre côté, du côté des couches lavables. Cela s’est accompagné d’une vague bio qui m’a envahie avec l’arrivée de poupette, peut-être la conscience que ma fille allait grandir dans une planète polluée, peut-être la croyance utopique que le bio c’était ce qu’il y avait de mieux pour elle. Quoi qu’il en soit j’ai changé quelques habitudes, et j’ai découvert les couches lavables dont je voudrais parler tout de suite. 
Avant la naissance de poupette, j’ai acheté quelques couches lavables, histoire de, pour tester. Mais je n’ai tout de même pas poussé le zèle jusqu’à les emporter dans ma valise maternité ! Et effectivement, dès que je me suis retrouvée nez à nez avec le contenu d’une couche, j’ai compris qu’il y aurait quelques étapes à franchir dans le domaine avant de passer au niveau supérieur. Et rappelez-vous du liquide jaune ! Je ne me voyais pas gérer en plus de tout le reste des langes tout sales, d’autant plus que mon équipier à savoir « barbe de 4 jours » est capable de dire « Je vais mourir ! » dès qu’un tout petit bout de sa peau effleure le contenu d’une couche ! 

Passé « la période où on ne gère rien du tout », j’ai repensé aux couches lavables, tout de même c’était trop bête d’avoir dépensé des sous pour rien. Puis, je voulais faire du bien à ma planète moi, et du bien à mon porte-monnaie aussi (et oui ne soyons pas faux-cul, ça compte aussi). Du coup, j’ai retenté le coup. Là j’ai été assez déçue par les marques que j’avais en ma possession, à savoir Applecheeks et Thirsties.  Il faut prendre en compte la morphologie de son bébé, et chaque bébé est unique mais dans notre cas ces couches n’allaient pas à poupette. J’avais du mal à les installer, elles fuyaient. Bref, déçue je me suis mis mes ambitions biophile derrière l’oreille.

Puis, comme je suis un peu têtue, j’ai voulu réessayer mais cette fois-ci avec une marque recommandée. Jusque là j’avais navigué à vue. Sur un forum (aaaaaaaaaaaah la toile, si précieuse !) que je fréquente régulièrement, je suis tombée sur un topic au nom évocateur : « Les couches lavables ». J’y ai fureté mon nez, et j’y ai vu que toutes les mamans étaient unanimes concernant la marque Bumgenius. Et depuis, c’est une vraie révélation, j’ai acheté tout un stock de Bumgenius, ainsi que quelques couches de chez Itti Bitti (également recommandées).

Concrètement, ça donne quoi ? 
Ça donne ça :


Un magnifique chapelet de couches à sécher sur ton beau étendoir à linge, qui n’est pas du tout déjà occupé par trois tonnes de linge de famille, non, non, non. Un petit côté maso ? Non, une fois qu’on a trouvé la marque qui convient à bébé, qui ne fuit pas (ou pas plus qu’une couche jetable tout du moins) et qui en plus est jolie (bah oui il faut bien un peu se faire plaisir quand même) ça devient tout à fait gérable à utiliser. Si tu ajoutes à cela un bébé diversifié, et qui ne produit donc plus des selles liquides jaunes d’or (enfin sauf en cas de poussée dentaire bien entendu, sinon ce ne serait pas drôle) mais de jolis cacas bien moulés et parfumés aux légumes … tu obtiens les conditions idéales pour te lancer.

J’utilise pour ma part : 
. du papier biodégradable pour récolter justement les selles évoqués ci-dessus, ça coûte quasiment rien et c’est très pratique.
. un seau et deux filets (pour alterner les lavages) afin de stocker les couches sales.
. une lessive bio sans glycérine pour ne pas encrasser les couches.
. un spray désinfectant néobulle (je suis fan de cette marque)
. un désinfectant de linge bio piwapee pour les décrassages tous les 2 mois.

Les Bumgenius One sont géniales, il suffit d’installer des inserts vendus avec et qu’on enlève pour le lavage. Ils permettent de bien absorber. 

Les Bumgenius Organic sont très bien, notamment parce qu’il n’y a pas d’insert à mettre mais le séchage dure tout simplement 500 ans, ce qui est bien problématique, on en convient.

 
Les Itti Bitti sont très bien aussi. Au début, j’ai eu un peu de mal pour installer les inserts. Il est où le cucul ? Elle est où la têtête ? 













Certes il y a un code couleur, mais avouez-le, ça n’a pas l’air si simple ! 
Heureusement, itti bitti a vu venir la tuile et a préparé des petites vidéos explicatives pour nous aider, nous autres les néophytes : aide pour les nulles.
Du coup, j’ai tout compris (il était temps).  


J’aime bien cette marque mais elle ne taille pas parfaitement bien sur poupette, en tout cas pas aussi bien que les bumgenius, mais là c’est vraiment une question de rebondi de fesses et de plis de cuisses … bref, ça dépend du bébé. D’où l’intérêt de d’abord acheter un ou deux modèles d’une même marque, pour tester. 
Le petit + des Itti Bitti, ce sont les jolis motifs, aux noms qui font rêver comme « aqua essence » ou « rétro bubbles » … tout un programme. Alors que les bumgenius sont toutes de couleur unie et souvent un peu pastel, comme ça on ne pourra pas accuser la machine d’avoir effacé leur couleur.

Il ne s’agit que de couches en taille unique, c’est à dire qu’elles sont adaptables à tous les âges de bébé et tout est inclus en un. En effet, il existe des couches qui ne correspondent qu’à une tranche de poids précis après il faut en changer, et surtout il y a toute une gamme de couches qui se portent avec une culotte de protection en plus, c’est sensé être davantage absorbant. Plus absorbant mais pas assez simple pour moi (rappelez-vous, j’ai eu du mal à assembler la couche itti bitti), et je n’avais pas envie de racheter des couches au bout de 6 mois.

Petites astuces :
. laver les couches à scratch en les remettant en position fermée car elles risquent de s’abimer autrement. Soit dit en passant, je préfère les fermetures avec boutons, même si le réglage est plus compliqué, je trouve qu’elles font moins fragiles. 
. les couches ne deviennent vraiment absorbantes qu’au bout de 10 lavages, dès lors il est normal qu’au début elles ne soient complètement absorbantes. Ça veut dire aussi quelques changes un peu plus fréquents au début.
. ne pas stocker les couches sales plus de deux jours dans le seau, encore moins si bébé est malade.

Maintenant, il faut peser le pour et le contre car c’est une démarche certes à la mode mais qui peut paraitre bien contraignante.

Les + des couches lavables : 
. on contribue à aider la planète. 
. c’est économique (même en comptant l’achat initial, les accessoires et les lavages en machine)
. apparemment ça serait moins toxique pour la peau de bébé … bon ça j’avoue je n’en sais fichtre rien !
. bébé serait propre plus tôt.
. c’est esthétique, à condition de choisir une marque qui évite l’effet fréquent du « gros » popotin, bumgenius l’évite très bien Pour les fashionistas mamas en puissance, ça ajoute un accessoire mode. 

Les – des couches lavables :
. cela ajoute une corvée alors que très franchement on n’en a pas besoin.
. on ne tombe pas toujours sur une nounou qui accepte de changer des couches lavables.
. le revers de la propreté précoce, c’est des fesses plus humides qu’avec des jetables, il ne faut donc pas lésiner sur le liniment pour éviter un érythème (pas eu un seul chez nous pour l’instant !)
– ça pue, bah oui et en plus quand on a un homme qui saisit chaque opportunité d’éviter une corvée scato, la couche lavable lui offre un prétexte tout cuit ! « Mais comment on fait ? » « Je comprends rien à ton zinzin, là  » (oui « barbe de 4 jours dit « ton zinzin » quand il ne comprend pas) « oulala, je te laisse faire » Et cela arrive même si à l’origine le plus pro couches lavables c’était lui. Alors si le poil dans la main du mâle te guette, les couches lavables ce n’est peut-être pas une bonne idée. Mais ne caricaturons point, il existe certainement moult mâles prêts à se lancer sans rechigner à la tâche.

En tout cas, si comme moi tu as la nausée à l’idée des tonnes de couches jetables entassés au milieu des ordures pendant 500 ans, lance-toi dans l’aventure.
En guise de conclusion ce lien vers la boutique Lili Nappy qui m’a été bien utile tant pour les achats que pour les infos grâce à leur blog : Blog Lily Nappy … et même qu’ils sont aussi sur Facebook.


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 réponses »

  1. Je vais sûrement tenter l’expérience des couches lavables ! Je me demandais combien de couches j’ai besoin pour débuter (avec inserts) ? Sur certains sites, ils vendent des packs de 2 couches + 6 inserts lavables, ou des packs de 6 couches et 200 inserts jetables. Je me demandais s’il fallait changer la couche à chaque fois ou uniquement les inserts.
    As-tu testé les inserts lavables et jetables ? Les deux sont-ils pratiques ?
    Merci pour les conseils !

    • Je n’ai pas testé les inserts jetables mais la plupart des gens disent beaucoup de bien des couches hybrides.

      En fait, je mettais une bande de papier vendue dans les boutiques de couches. Du coup, quand ton bébé fait pipi, tu dois tout changer mais quand il fait seulement caca tu peux juste jeter la bande et garder la couche, à moins qu’elle soit souillée, biensur. C’est le même principe pour les inserts qui ne sont pas entièrement intégrés à la couche et détachables. S’ils sont les seuls à être souillés, tu ne changes qu’eux.

      Concernant les packs, c’est déconseillé d’en acheter trop d’une même marque, il vaut mieux tester pour trouver la marque qui convient à son bébé.

      Par ailleurs, on m’a conseillé les couches artisanales faites main car apparemment elles seraient moins sensibles aux problèmes de décrassage. Mes couches lavables sont inutilisables à présent car trop encrassées …

      Te conseillerais d’acheter des petits lots. J’ai bien aimé les bumgenius, sinon les couches hybrides, il y en a une connue dont je ne me rappelle pas le nom !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :