Aller au contenu principal

Porter son bébé, une pratique universelle ?

On m’a offert lors de la naissance de mini capuchon un superbe livre. Il s’agit de Bébés du Monde de Béatrice Fontanel et Claire d’Harcourt. Ce livre parcourt différentes pratiques de maternage à travers le monde, dans des sociétés différentes de la notre. On y découvre avec déléctations les soins, rituels, ornements, berceuses, et coutumes dans des sociétés dites traditionnelles d’Asie, d’Orient et d’Afrique. Autant de fenêtres sur le monde qui font soit rêver, soit réfléchir.

Mais aujourd’hui, je voudrais surtout parler du portage. En effet, cette pratique est, j’ai l’impression, de plus en plus à la mode, dans nos contrées moins exotiques. Je suis moi-même une adepte du portage. C’est une pratique qui me convient très bien pour tout un tas de raisons. Or ce livre donne une perspective autre, il permet d’entrevoir comment est vécu le portage à travers le monde.

Bebes

Devant les magnifiques photographies, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à nos propres pratiques du portage, en Occident. Je me suis alors demandé quelles étaient les raisons du retour vers le portage, notamment en France. Je ne me rappelle pas petite, avoir joué avec une écharpe de portage, en revanche je mettais mes poupées dans des magnifiiiiiques poussettes roses.

L’auteur revient sur les différentes polémiques autour du portage qui selon certains permet à l’enfant de se développer plus vite, alors que d’autres y voient une façon de rendre l’enfant totalement inactif. « Préjugés, ethnocentrisme ou au contraire goût de l’exotisme, engouement pour toutes les techniques de puériculture traditionnelle, nostalgie d’une relation plus fusionnelle tendent à accréditer, selon Blandine Bril, une thèse et son contraire.« 

Il me semble évident que dans ces contrées lointaines l’utilisation du portage est surtout pratique, ainsi elle permet aux mères qui gardent souvent leur enfant avec elle, de travailler, de se déplacer. Le portage est d’ailleurs étroitement liée à l’allaitement.  Il permet aussi de transporter l’enfant durant les longs trajets des peuplades nomades. Dans les contrées froides, le portage réchauffe le bébé. Ainsi les mères Inuits sentent en permanence leur enfant ce qui les rassure. Souvent, il permet de protéger bébé des dangers tel que les serpents ou autres animaux potentiellement nocifs. Le portage est enfin un outil social car il permet aux bébés de participer aux activités de sa famille au sens large.

De ce point de vue, purement pragmatique, il me semble trouver des avantages similaires même ici.  Certes, il n’y a pas de danger imminent, du type serpents venimeux à tous les coins de rue. Mais il n’en reste pas moins qu’il est très rassurant de sentir son bébé contre soi, pour la mère comme pour l’enfant. L’idée de protection n’est pas totalement éloignée des préoccupations occidentales, en la matière lorsqu’il fait froid, le portage offre la possibilité d’avoir son bébé au chaud. Pendant l’été, il offre l’assurance qu’il n’ait pas le soleil dans les yeux, ou que le chapeau n’ait pas été retiré par des petites mains potelées. N’oublions pas, que le portage permet aussi dans les grandes villes de maintenir bébé loin des gaz d’échappements.

Par ailleurs, même si nos bébés ne nous accompagnent pas toute la journée (surtout si on travaille …) il est évident qu’en déplacement, le portage offre des avantages par rapport à la poussette, ne serait-ce que pour entrer dans les magasins ou pour prendre les transports en commun. Puis le portage permet effectivement de participer à la vie de la famille, d’observer le monde au même niveau que les parents. Cela est parfois vital pour les parents comme pour le bébé, chacun y trouvant son compte en terme de contacts, et en terme d’activités domestiques, qui deviennent une véritable animation pour bébé ou un moyen d’être bercé !

IMG_2875
Mais le portage n’est pas uniquement un outil. Ainsi, les auteurs de ce superbe livre nous disent « Le porte-bébé lui-même est chargé de symboles liés à la maternité : au Ruanda, le même mot est employé pour désigner le placenta et la peau de mouton dans laquelle est placé le bébé. Chez les Dogons du Mali, les écharpes pour porter les enfants sont faites de bandes d’étoffes teintes en bleu indigo qui évoque le liquide amniotique. » On nous explique alors que dans beaucoup de régions du monde le porte-bébé évoque un utérus, un cocon si intime et personnel que le même porte-bébé est rarement utilisé pour les enfants suivants.

Outre la fonction de cocon protecteur, le porte-bébé est aussi un cocon sonore. Ainsi le porte-bébé est parfois lourdement orné pour qu’il émette des bruits dès que la mère bouge. « Chez les Machiguengas du Pérou, des fruits secs ou des petites plaquettes de pécari, décorées de signes qui représentent la famille ou le village, sont attachés à l’écharpe qui sert à porter le nourrisson. Marie-France Casevitz explique comment ce grésillement d’os, doux comme une pluie apaise les bébés en leur murmurant le « chant du monde ».

Ces évocations me font penser à mes propres sensations lorsque je porte ma fille. J’adore la sentir contre moi, anticiper la moindre de ses réactions. Je la sens sursauter quand elle a peur, sautiller dès qu’elle est contente, bailler dès qu’elle fatigue. J’aime aussi sentir sa tête s’alourdir quand elle s’endort tout doucement. Je n’irais pas jusqu’à considérer que mon ergobaby est un erzatz d’utérus … mais tout de même la dimension affective dans le portage et l’aspect « prolongement de la grossesse » ne sont pas complètement absents.

Enfin, agrémenté de belles photos, ce livre évoque les différents modes de portage : des filets à bébés (qui ressemblent à des filets à provision !) en Nouvelle-Guinée, aux porte-bébés en peau de mouton teints au safran ou au curcuma, en passant par les capuchons très profonds des Inuits permettant de maintenir bébé au chaud. Tous ces modes de portage font rêver tant ils sont divers, originaux et ingénieux. Ainsi « En Chine, les enfants sont portés dans des porte-bébés qui représentent des mois de travail: les matériaux choisis pour les confectionner, les couleurs et les motifs des broderies ont tous une signification précise Bernard Formoso. »

Cela m’a fait penser au site de LaPorteBBthèque où sont repértoriés bon nombres de porte-bébés et écharpes. Même si beaucoup d’entre eux sont tout droit inspirés des modes de portages traditionnels, j’ai l’impression en les voyant qu’ils ont été revisités, redécorés, remis à la sauce actuelle et occidentale. Je me dis que finalement, on y a mis autant de coeur et d’ardeur, pour les rendre pratiques mais également beaux.


(NB : j’ai parfaitement conscience du peu de recul scientifique de mon article, puisque je ne me suis pas intéressée de façon très rigoureuse à l’histoire et à la géographie du portage. Je voulais juste ouvrir une porte sur le sujet et sur les différentes pratiques à travers le monde.)

 

Ceci était ma contribution au blog collectif des vendredis intellos.

Bébé lit final

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 réponses »

  1. je suis devenue une véritable adepte du portage ! j’en suis meme à regretter d’avoir acheter une poussette de compet’ … qui ne sert jamais, hormis le cozy dans la voiture !

  2. Je crois que les auteures de ce livre et C-S Didierjean-Jouveau du petit livre « porter bébé » se sont inspirées des mêmes sources ! Mais j’adore toujours autant lire ces pratiques dans le monde. En plus, avec les images qui doivent être sublimes, tu m’as donné envie de m’offrir ce livre !

  3. Merci de ta contribution!!
    Une chouette façon de résoudre la question nature VS culture que d’évoquer l’aspect pragmatique du portage!!
    Ceci étant, la symbolique autour de la naissance et du nouveau-né à travers le monde est très intéressante même si je suis peut familière avec.. et je me dis que ça serait peut être bien de faire une contribution là dessus… Le temps de mettre ça au clair dans ma tête et je vous fais mes propositions!!

  4. @Mamanbavarde, laetibidule et Marie : effectivement ce livre est très beau et très intéressant. J’y ai appris beaucoup de choses sur les coutumes liées aux bébés, à travers le monde !
    @ Mme Déjantée : ce livre regorge d’informations sur la conception du nouveau-né à travers le monde, ça pourrait effectivement faire l’objet d’un billet, passionnant !
    @ MamanSioux : je viens de relire ton article sur le portage (m’en suis rappelée en lisant ton commentaire) effectivement, ça doit rejoindre pas mal d’informations sur le portage à travers le monde. Par contre dans le livre dont je parle, les auteurs ne mentionnent pas les effets sur le développement des bébés.
    @ mum addict : moi aussi je suis une adepte, et j’utilise très peu la poussette. En fait, je ne la prends que quand j’ai un peu mal au dos ou quand j’ai beaucoup porté mini capuchon les jours d’avant. C’est tellement pratique le portage !

Répondre à Home Sweet Môme Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :