Aller au contenu principal

« Ranianiagnosie ». Maman chiante et papa chiale

Alors voilà, finalement y’a pas eu de rab de congés pato. Personne n’a décrété que la séparation trop douloureuse méritait une prolongation. Locquirec, son brouillard poisseux, sa mer qui givre et ses mouflets de 5 ans avec des pulls à la place des épaules (tendance Modem). Rien, rien de tout ça n’est revenue nous rechercher. Et les crêpes encore dans le sable et le sable toujours dans les crêpes, nous avons vu la rentrée débouler aussi vite qu’une connerie dans la bouche d’un Ministre du Tourisme. La séparation pour les uns, l’école pour le reste du monde.

A cet instant de l’histoire, on aurait pu prendre des actions chez Kleenex et relancer la machine économique (qui ressemble au fond d’une couche) tellement la « Mamosphère » s’était promise de chialer sa mère qu’on lui arrache sa moitié. Mais même pas vrai. En vérité, les mamans sont des crâneuses. Car ce ne sont pas des larmes qui les envahissent mais la « Ranianiagnosie » qui les dépasse. Elle les envahie, les engloutie et les submerge tel un glaçon sur Léo et Kate (ouaahhhh).

Et j’ai ici les preuves scientifiques de ce que j’avance.

A chaque cycle de séparation de son enfant et sous l’effet d’un étrange cocktail (liniment + odeur de mouflet souriant + fin du mois d’août), la mère accoutumée à l’odeur qui crack vient à perdre la mémoire de la mesure des choses. Pupilles dilatées, paupières lourdes, oeil moite, mains poites, ses mots frôlent autant l’exagération qu’il y a de sébum sur la tronche d’un ado boutonneux.

Calcul des jours, des heures, des minutes et des secondes la séparant de son enfant. Défiance à l’égard de toute forme humaine (nounou, prof, atsem, mère, belle mère), il se peut également que le sujet soit soumis à un excès d’achat compulsif, à l’image du mâle trouvant du réconfort dans un poêlée de patates. La « Ranianiagnosie » extirpant finalement ses maux par les mots. Par ordre de préférence, la maman choisira ses victimes comme suit :

Le père :

Mais tu comprends paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !. (Suivie d’une télécommande qui tombe par terre et de deux piles qui roulent sous le canapé………aux côtés d’une chips).

La nounou :

Vous n’avez pas répondu à la question 256 qui portait sur « la signification de la correction dans la pédagogie Montesori ». Vous êtes certaine d’avoir toutes les connaissances pour garder mon enfant ?


La prof :

– Oui je sais la formation, l’expérience tout ça, blablabla c’est sympa. Mais je crois savoir que vous n’avez pas d’enfant ? Me trompe je ?

Pour lutter contre cet alzheiMère qui revient en cycle monstruel, il faudra attendre ou sinon je vous le conseille………attendre. On voudra toutefois souligner dans cette lutte contre le symptôme, l’initiative courageuse de la crème de la crème des scientifiques. Je veux évidemment parler des journalistes de « Maison Bricolage et Décoration ». En effet, dans leur revue du mois d’août, les téméraires proposent une mise au banc d’essai de……….broyeurs végétaux. Trop classe !. Et à cet égard, je ne saurais trop vous conseiller de vous intéresser au Bosch AXT23 TC dont la particularité est de disposer, je cite : « D’un orifice d’entrée de goulotte important et de peu de coupe en guirlande ». Joyeux Noël bien entendu.

  Maisondéco

Pour un titre de papa que j’essaye d’imiter dont je me glorifie, je dois dire qu’entre ces chutes – rechutes de  « Ranianiagnosie » et retirer des sachets de thé de Weleda du fond des tasses, ma maternité c’est baladée. Tranquille, tranquille.

Pendant une longue année je me suis laissé porter par ma moitié. Moïse au milieu de la mouise et des couches, j’ai contemplé cette fille, femme, qui devenait mère chaque jour d’avantage. Et c’est avec l’humeur de ce post, vaguement misogyne, franchement de mauvaise foi, que je tiens à lui rendre hommage. On ne doute pas de la capacité d’une future mère à extirper une tomate d’un entonnoir.

Encore moins de sa faculté à distiller de la pédo – psychologie dans nos quotidiens ronflant ronflant. Mais avec Maman Gomme, on aura rarement atteint de telles niveaux d’exigences intellectuelles par dessus une sous couche de maternage chocolatée.

  PbmômeSource : Ma vie est tout à fait fasninante.

Nous avec tout ça, autant de livres pour caler le mobilier national que de point fidélité chez tous les relais colis du quartier. 12 paquets portés par papa, une lombalgie offerte. Un mal de dos nécassaire. Et même pas du rab’ de Kleenex pour éponger.

Billet moralement soutenu par notre partenaire : « Maison Bricolage et Décoration ».

5992002490_99f0cc5a14_m

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :