Aller au contenu principal

Frustration éducative

Depuis plusieurs semaines, je participe aux vendredis intellos. J’y évoque mes lectures et des courants de pensées qui me sont chers, en particulier depuis que je suis devenue maman. J’y raconte mes certitudes, mes positions mais aussi mes doutes, mes craintes à ne pas réussir à faire ce que je voudrais faire.

Cartable1 photo de http://www.jde.fr/imagesJournal/Cartable0.jpg

Mais, aujourd’hui, je l’avoue, j’en ai gros sur la patate. En effet, si pour l’instant j’arrive à bien vivre ma maternité à travers les principes de communication épanouie ou non violente, à rester profondément à l’écoute de mon enfant (j’essaye en tout cas !) pour permettre son autonomie. J’avoue que j’éprouve des difficultés à pratiquer tout cela dans mon travail.

Je passe mes journées avec des enfants, j’essaye tant bien que mal de les instruire, et bien souvent je me retrouve à jouer un rôle d’éducatrice voire de psy. J’aimerais pouvoir rendre mes élèves autonomes, leur donner confiance en eux, leur donner le goût d’apprendre d’une manière simple, efficace et pourquoi pas mettre en place du Montessori avec eux ! Seulement voila, j’ai à peine été formée pour ça, pas formée non plus pour aider les élèves en grande difficulté, ou pour aider des élèves au manque de confiance en eux quasi abyssale. Je fais ce que je peux avec ce que j’ai, c’est à dire pas grand chose, étant donné le peu de moyens que nous avons. C’est une chose d’essayer d’exercer la communication épanouie et être à l’écoute de ses enfants, s’en est une autre de le mettre en place avec un groupe d’enfants supérieur à 20, dans un cadre institutionnel. Et quand je n’y arrive pas, j’ai l’impression de trahir mes convictions, de trahir mes besoins et les leurs.

Alors j’avoue parfois, je suis découragée, parfois je suis frustrée et parfois, oui parfois j’aime mon métier mais bon sang, que c’est dur !


Rendez-vous sur Hellocoton !

9 réponses »

  1. Je suis sure que tu es une prof de choc, et que malgré tout, ces principes de communication épanouie, de non-violence passent. beaucoup décrient les instit et les profs, mais je pense que peux voudraient prendre votre place, même avec toutes ses vacances 😉 (récemment, un copain se disant qu’instit à mi-temps, c’était bosser deux jours par semaine, vraiment pas lourd. je lui faisais remarquer que le travail ne s’arrêtait pas avec le départ des enfants…).
    bon courage, moi j’vaoudrai bien que mon fils rencontre de jeunes instit motivé(e)s comme toi, malgré le nombre de petits par classe…

  2. Oui mais au moins tu fais ton maximum. Tu ne peux pas regretter quoi que ce soit puisque, même si tu échoues tu auras essayé! Et si tu dis ça c’est que tu fais partie de ces personnes qui font ce metier par vocation et c’est admirable!
    Moi je suis sûre que je n’aurais pas la patience, je l’ai avec mon enfant mais ceux des autres?????

  3. C’est pas évident à appliquer. Mais rien que par le fait que tu sois consciente de certaines choses, je suis sûre que tu fais déjà passer beaucoup de messages.

  4. Tu es prof ou instit’ (enfin, « professeur des écoles ») ? Moi je trouve que tu fais un boulot admirable et j’imagine bien que vous avez peu de moyens pour faire les choses aussi bien qu’il le faudrait. Mais ta démarche est déjà un pas énorme en direction des enfants, qui ont déjà beaucoup de chance que tu essaies tout ça. Malheureusement, tu ne peux pas remplacer leurs parents, dont c’est le rôle d’apprendre à leurs enfants à être autonomes, à avoir confiance en eux, etc. Tu fais ce que tu peux à ton avis et qui sait, cela aura peut-être une incidence sur la vie de certains d’entre eux, même si tu le soupçonnes pas pour l’instant.

  5. Merci pour vos mots ! Je sais bien que contrairement à certains, j’ai la volonté de bien faire et c’est déjà ça. Mais malgré tout, il m’arrive de ne pas du tout faire ce qu’il faut (on se sent facilement nulle dans ce métier) mais parce qu’on est peu aidés, je trouve, et c’est vrai que parfois j’ai l’impression de devoir dépasser mon rôle à cause des carences que les enfants connaissent par ailleurs …
    Maman Sioux, suis prof des écoles.

  6. bon courage tu fais surement ton travail avec beaucoup de professionnalisme mais tu ne peux pas combler les manques de ces enfants à tous les niveaux 😉
    Un petit coup de mou de temps en temps c’est normal et j’espère que tu vas vite retrouver la niak, vivement les prochaines vacances ..
    Bises

  7. Bon sang, quand je bossais je ressentais exactement la meêm chose que toi : une grande frustration, et aussi pas mal de stress. J’avais toujours envie de bien faire, mais pas les moyens matériels qui devraient aller avec… Sans compter que quand on essaye d' »innover » un peu, ce n’est pas toujours bien vu. Du coup, je profite bien de ma pause bébé. Bon courage à toi qui bosse !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :