Aller au contenu principal

Chronique d’un abandon provisoire

Pour mes 30 ans, on m’a offert un week-end dans une ville européenne de mon choix, pour 2. La fana des voyages que je suis a évidemment été ravie. Mais voila comme je fais rarement les choses simplement, ma joie est teintée d’inquiétudes et d’incertitudes. En effet, partir sans minicap, cela pèse lourd dans mon coeur de maman. Est-ce que partir à deux, flâner dans les rues sans se préoccuper de la destination ou de l’heure, manger au restaurant en savourant, en picolant, sans être interrompus toutes les 2 minutes, ne pas avoir à rentrer pour la sieste, pouvoir visiter des musées en prenant son temps … est-ce que cela me fait rêver ? Evidemment que oui. On peut même parler de besoin, notre dernier voyage en amoureux remontant à mes 5 mois de grossesse …

Oui mais voila, jusqu’à maintenant nous n’avons jamais laissé minicap plus de 24h, chez ses grands-parents. Si depuis septembre, nous le faisons très régulièrement, il n’en reste pas moins que je ne le fais jamais sans un petit pincement au coeur. Evidemment, cela se passe toujours bien, sans encombre. Mais lorsque je retrouve ma puce, le fait qu’elle m’ait apparemment appelée en pleurant, pendant la nuit, qu’elle ait l’air fatigué, qu’elle ne me lâche plus d’une semelle pendant les 24h suivantes,  … me préoccupe un peu. Je ne peux m’empêcher de penser que la séparation lui cause tout de même un peu de chagrin. Et contrairement, à l’opinion commun que j’entends souvent, je ne pense pas que cette peine soit nécessaire ou salvatrice.

calin

Je reconnais, en revanche que ces séparations font du bien à barbe de 4 jours et à moi, que cela nous permet de prendre un peu de recul, de souffler et biensur cela fait du bien à notre couple. Minicap, quant à elle, y trouve aussi des bénéfices. Cela lui permet de passer du temps avec ses grands-parents, de voir autre chose, de voir que les rituels peuvent être un peu différents. Je sais aussi que ces petites séparations ne représentent pas non plus la fin du monde. Mais comme j’ai eu beaucoup de mal à passer le cap de la nuit chez les grands-parents (j’ai attendu ses 17 mois), j’ai maintenant beaucoup de mal à passer le cap des 2 nuits.

Si on ajoute à cela quelques désaccords d’ordre éducatif, avec les grands-parents, on obtient une maman totalement déchirée entre ses envies d’indépendance et de fusion avec son amoureux, et ses envies de maternage et de fusion avec sa bout de chou. Et je me demande pourquoi la parentalité doit si souvent être emplie d’ambivalence, d’envies contradictoires et d’hésitations. Plus que dans n’importe quelle autre situation, il faut constamment chercher un équilibre et faire des choix ou des non choix en cherchant ce qui sera le plus satisfaisant pour tous. Et j’imagine comme cela doit être plus compliqué avec l’arrivée d’un deuxième ou d’un troisième enfant.  

Il ne me reste plus qu’à méditer sur la question, à faire un choix  … de façon totalement objective, bien entendu !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

15 réponses »

  1. Ma fille a plus de 2 ans & je ne l’ai jamais laissée la nuit. Quand nous sortons, nous avons une nounou & résultat, si je ne suis pas tjs présente à ses couchers, je suis toujours présente à ses levers.
    Effectivement, ta puce va p-être être perturbée, chagrinée de ton absence…. Mais je crois que si tu dois te préparer à la laisser personnellement, il faut aussi la préparer, elle, à votre absence. Tu lui expliques qq jours avant (pas trop longtemps avant) que vous allez partir papa & toi, pour un we… qu’elle va avoir 2 dodos sans vous… ms que vous l’aimez toujours autant, que vous ne l’abandonnez pas, mais que vous avez besoin d’être aussi ensemble, juste papa & maman… qu’elle vous manquera, mais que ce sera un bonheur immense que de la retrouver après ces 2 jours.
    Beaucoup de théorie, que je mettrais un jour en pratique…
    Mais c’est ainsi que je m’y prendrais 🙂

    • Et effectivement, je pense que pour le couple, c’est important…
      Je me demande si ce n’est pas encore plus important pour le papa…

    • Nous lui parlons, biensur. A chaque fois, je lui explique ce qui va se passer et bien évidemment, j’insiste sur le fait qu’on va revenir ! Le problème c’est que même si elle comprend très bien tout cela, à son âge la notion du temps n’est pas du tout la même que pour nous. Elle sait que l’on va revenir, mais le temps lui semble long. Les jours où je travaille par exemple, je sais que lorsque mon homme la ramène à la maison, le soir si je ne suis pas là, elle se met parfois à pleurer en me réclamant. En gros, c’est trop long quoi. Et c’est plus cela qui me dérange : le manque qu’elle peut ressentir.

  2. Que je te comprends!!!!! Pour l’instant, ma pépette n’a que 6 mois ms j’ai déjà du mal à la laisser…On était invité le WE Pâques à une super fête d’anniversaire/WE à l’autre bout de la france et au départ, j’avais dit oui et je comptais laisser ma pépette chez papi et mamie, ms c’est trop dur…du coup, mon homme ira seul…et puis 6 mois, c’est encore bien trop tôt je trouve…Je n’ai pas encore réussi à la laisser la nuit chez mes parents…alors je vois que toi tu as mis 17 mois…ça me rassure, je ne suis pas la seule…

    • Oui, à 6 mois, je ne pouvais pas ! Moi aussi j’avais deux week-ends de prévus à ses 4 et 5 mois. Pendant la grossesse, j’avais dit « pas de problème, elle ira chez ses grands-parents » puis en fait après sa naissance, j’ai dit niet et on l’a amenée !
      Je le l’ai laissée à ses 17 mois, en me forçant. Avec un peu de recul, je me dis que vers 20 mois ça aurait été parfait. Mais quel que soit le moment choisi, j’ai l’impression que la première fois c’est forcément un peu hardos, puis les fois suivantes ça se passe de mieux en mieux.

  3. Moi, je n’ai qu’une chose à te dire : profite ! 😉 Ce n’est pas toujours facile pour cause de divergence d’éducation parents/grands parents ou autres raisons mais, tant que tu peux la laisser pour souffler un peu, pour vous retrouver un peu tous les deux, n’hésite pas.
    En un peu plus de 3 ans, nous n’avons eu qu’un seul WE rien que tous les deux pas parce que nous ne voulons pas la laisser mais parce nous n’avons personne à qui la confier là où on est. Et pourtant, Dieu sait à quel point on en a besoin ces derniers temps, pas parce que j’ai envie de me débarrasser de ma fille, mais juste envie qu’on se retrouve un peu, qu’on s’accorde un peu de temps l’un à l’autre le temps d’un WE. Mais tant pis, on attendra qu’elle soit grande pour pouvoir se refaire des WE en amoureux.
    Explique-lui juste, à ta puce, que vous avez besoin de vous retrouver un peu seuls de temps en temps mais vous que vous reviendrez très vite la chercher. 😉

    • On la laisse déjà régulièrement pour une nuit. On doit le faire une fois par mois, environ je crois. C’est sur ça nous fait beaucoup de bien et malgré mon pincement au coeur, je le fais volontiers (mais je ne le ferais pas toutes les semaines non plus !). Mais la laisser tout un week-end, pour partir à l’étranger en plus, c’est une autre affaire !
      Il y a vraiment deux choses qui me dérangent : le manque qu’elle peut ressentir, elle, et puis les problèmes relationnels avec les grands-parents qui ne facilitent pas toujours les choses.
      Puis partir à l’étranger sans elle, ça me fait un peu culpabiliser, j’ai l’impression de lui voler des vacances dont elle pourrait profiter elle aussi.

      Du coup, de votre côté, vous ne pouvez pas non plus la confier quelques jours aux grands-parents même s’ils habitent plus loin ? Vous la confiez à une baby-sitter pour des sorties de temps en temps ? Nous on l’a fait deux fois, quand elle était bébé. Ça s’était bien passé.
      Personnellement, les soirées en tête à tête ou les aprems à deux me comblent déjà par rapport à l’équilibre de notre couple. Après, les nuits passées chez les grands-parents nous permettent surtout de nous reposer et de dormir.

  4. Que c’est dur ! Ici, 1er WE en amoureux depuis… pffff 2 ans !
    La première a 5 ans, et elle a dormi chez sa tata la 1ère fois à plus de 2 ans. La deuxième a tout juste 2 ans, et ce WE, c’est la première fois qu’elle dort ailleurs, chez sa mamie cette fois. Beaucoup plus facile à gérer pour moi, car elle sera avec sa soeur !
    Moi j’avais décidé que ça ne se ferait pas tant que je ne serai pas prête, et du coup, ça s’est très bien passé. Il faut s’écouter et faire juste ce que l’on souhaite, quoi !
    Bon courage !

    • Oui je pense qu’il est primordial d’attendre d’être prêt ! Moi si j’avais écouté les gens qui insistaient autour de moi, j’aurais laissé ma fille dès ses 3 mois !!! Or se forcer c’est vraiment le meilleur moyen que ça se passe mal.
      Après j’avoue que lorsque j’ai laissé ma puce à 17 mois, je n’étais pas entièrement prête et ça a été dur pour moi. Mais l’envie de passer une soirée, une nuit et une matinée tranquille, a pris le dessus sur le reste, j’en avais besoin. Comme je disais, avec le recul, je pense que l’idéal (pour minicap et moi) aurait été de le faire vers ses 20 ou 21 mois. Elle était plus autonome et plus sereine. Ça dépend de chacun !

      Je n’avais pas pensé au fait qu’avec une grande soeur ou un grand frère, ça changeait la donne et pouvait être plus rassurant ! Ça sera peut-être plus simple de laisser le deuxième alors !

  5. Je me suis un petit peu reconnue dans ton article.
    J’ai trois enfants et j’ai toujours un peu de mal à les laisser. Mais si ça peut te rassurer ça s’améliore quand même un peu avec le temps 🙂

  6. Bonjour,
    Pas facile dans nos tête de maman. moi non plus je n’ai pas envie de laisser ma fille (évidemment problème de fusion et aussi de laisser aux beaux grand-parents en particulier alors faut pas faire de jaloux…). La babysitter fait l’affaire pour les soirées…Pour un WE ben je préfère avoir ma fille car je me dis que si je l’ai voulu c’est pour ça et on a même fait un voyage à l’étranger loin loin avec elle et c’était de superbes souvenirs…mais quand on est « forcé » (cadeau ici) ben ça amène la chose qui n’est pas si mal. Comme tu as l’air très proche d’elle et la rassure, normalement ça la prépare mieux à appréhender le monde, avec l’assurance de ton amour (oui je suis plus pour ne pas laisser pleurer un bébé pour ça). Donc fonce je pense et vas-y avec enthousiasme elle sera encore mieux si elle te voit heureuse!

    • J’avoue que je risque de me laisser tenter. On va l’habituer petit à petit, et on va faire un test de 48h chez les grands-parents, histoire de voir comment ça se passe.

  7. Pas facile effectivement, la première fois qu’on l’a fait, c’était vers 14 mois juste après Noël, on avait laissé notre poulette aux grands-parents pour souffler un peu. Du coup, régulièrement on la laisse 2 ou 3 nuits aux grands-parents et ça nous fait le plus grand bien (grasses matinées, restos, cinés etc etc!). Le retour à la maison est toujours un peu cahotique en revanche… Mais 24h après, tout rentre dans l’odre… Par contre, on était partis sans elle à Istanbul, pour pouvoir profiter des visites, mais là c’était vachement dur pour nous! (pas pour elle apparement hihi)

    • Waouh on est des petits joueurs avec nos nuits uniques. J’ai vraiment du mal à passer le cap des deux nuits. Mais comme pour vous, le jour suivant c’est un peu le chaos mais en général au bout de 24 h tout rentre dans l’ordre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :