Aller au contenu principal

De l’intense vie sociale des parents

L’année qui a suivi la naissance de Minicap, j’ai véritablement la sensation d’avoir mis ma vie personnelle de côté. Je ne dirais pas que j’ai abandonné toute vie sociale puisque j’ai continué à voir mes amies, par intermittence certes, en petit comité c’est sur.  Mais un petit écrémage a tout de même eu lieu. On change quand on devient parent, pas nécessairement de façon très perceptive, mais implicitement, on change au moins un peu. 

En un an, vivant les séparations comme un déchirement, j’ai traîné ma fille partout avec nous : aux mariages, aux invitations, aux restaurants. J’ai fait mon discours de témoin sans barbe de 4 jours qui faisait les 100 pas pour consoler notre bébé, j’ai profité des repas par intermittence, par à coups, j’ai discuté avec des amis l’esprit occupé ailleurs, et j’ai un peu vécu la tête dans un coton, tant j’étais fatiguée. Pendant un certain temps, j’ai même appréhendé avec crainte les sollicitations de nos amis. J’avais presque envie qu’on me laisse dans mon cocon. Non pas que l’envie de sortir fut absente, mais plutôt que l’idée même de devoir tout gérer de A à Z et de ne profiter qu’à moitié ne m’enchantait guère.

anniv

Finalement, petit à petit, le temps passant, Minicap grandissant, notre vie sociale a repris ses droits. Nous sommes sortis en journée, le soir, la nuit sans elle et de façon de plus en plus régulière. Nous avons fait la fête, reçu à nouveau de nombreux amis à la maison, une fois, deux fois puis trois fois. Nous nous sommes grisés à l’idée totalement dingue d’avoir une nuit entière devant nous, sans limite de sommeil par la suite et sans obligations à remplir dès le réveil. 

Oui, mais est-ce que malgré tout on vit sa vie sociale de la même façon une fois devenus parents ? Il y a quelque temps, nous sommes allés à une soirée d’anniversaire avec barbe de 4 jours. Nous étions bien évidemment ravis et enthousiastes. Mais à 23 h, c’est avec un large sourire et un regard complice que nous nous sommes regardés avec barbe de 4 jours. J’ai reconnu dans ses yeux cernés et à moitié fermés ce petit détail que nous étions seuls à lire, la vérité crue nous la connaissions : à 23 h, nous étions totalement épuisés. Cela ne nous a pas empêchés de veiller tard (on sait tirer sur les réserves !) et c’est à 4 h du matin que nous avons rejoint les bras de Morphée. Joli score me direz-vous, mais ce serait sans compter sur le deuxième effet « paye ta folie nocturne » !  Le lendemain, c’est avec l’énergie d’une huître que nous avons récupéré notre bien-aimée Minicap, qui heureusement était aussi épuisée que nous. A croire que c’est la fiesta aussi chez ses grands-parents. Puis, nous avons mis plusieurs jours à nous remettre de notre veillée. Le tout en éprouvant la douloureuse sensation d’être de vieux papis à 30 ans et quelques. A se dire du bout des lèvres « mais qu’est-ce qui nous arrive ? » et se demander où est passé le temps où l’on pouvait enchaîner plusieurs nuits blanches, et être en pleine forme 24 h plus tard. 

anniv

Je me demande surtout s’il ne s’agit là que de l’effet naturel des années qui passent ou si être parents fait vieillir prématurément. Est-ce qu’être parents entame notre capital énergie ? (je n’ose dire que la réponse est évidente). Et je réalise à quel point une vie sociale intense peut vite devenir un luxe lorsque l’on est parents de un, deux, trois … enfants. Mais qu’il est bon, malgré tout, d’y accorder une part de son temps !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

6 réponses »

  1. Je crois bien que je vois mes amis au moins 100 x moins qu’avant… beaucoup, beaucoup moins… et puis, c’est vrai, avec la naissance de ma première fille puis de ma deuxième, il y a eu un sacré écrémage. Je me dis qu’aujourd’hui, il ne reste que « les vrais » mais ils sont peu nombreux et donc les sorties aussi… Il faut dire que parmi nos anciens amis, il n’y en a pas beaucoup qui sont devenus parents…ceci explique peut être cela ?
    « Fais toi de nouveaux amis » me dit ma mère… Plus facile à dire qu’à faire…

    • Etant une des premières à avoir un enfant dans mon entourage, j’avais beaucoup d’amis sans enfant à la naissance de minicap. Finalement, ceux avec qui j’ai coupé les ponts ce sont surtout ceux qui ne voulaient pas d’enfant dans l’absolu et qui donc se sentaient certainement en décalage. Après ça dépend des caractères, parfois c’est sympa aussi de se nourrir de ces différences.
      Pas facile de se refaire des amis passé un certain âge mais rien n’est impossible !

  2. Ca fait du bien de te lire je me sent moins seule d’un coup…
    Bon bébé n’étant pas encore seuvré et n’arrivant pas à me tirer le lait il n’y a pas trop eu de sorties pour l’instant mais ne serait ce que mon anniversaire me coucher à 1h du mat parceque je ne tient plus debout alors que je n’était pas sortie entre copines depuis 1 an je l’ai eu un peut mauvaise et me demandait ce qu’il m’arrivait. La prochaine sortie est pour dans mois à la capitale quand bébé sera seule avec papa et son bib dans le sud. 24h entre filles a jouer les pintades on verra bien jusqu’à quelle heure je tient (ou ma seule copine de soirée est partie à paris donc ça espace les sorties de toute façon.
    Bon courage à toi et chapeau pour avoir gardé une vie sociale avec bébé (j’ai surtout sociabilisé avec belle-maman ça compte?)

    • Moi j’y suis allée hyper progressivement avant de vraiment profiter des sorties. Après ça dépend des caractères mais être crevée à 1 h du mat quand on a un bébé, ça n’a rien d’exceptionnel selon moi. Rassure-toi.
      Profite bien de ta virée entre filles ! Et belle-maman ne compte pas dans la socialisation ;p

  3. Il y a des personnes qu’on ne voit presque plus, d’autres beaucoup plus, nos relations avec les autres ont changé! Bien sûr on n’a plus les mêmes centres d’interêts, mais finalement la selection s’est faite toute seule. Au début ça m’a beaucoup déprimé, j’ai eu l’impression de perdre beaucoup de monde, surtout qu’on ne nous invite plus autant qu’avant… Et puis avec le temps, on en revoit certains (d’autres pas, tant pis!) mais en discutant avec ceux qu’on revoit, ils nous disent qu’ils « n’osaient » pas nous déranger… Les week end sont bien chargés car on ne sort plus la semaine, pour tenir le coup, mais on a trouvé notre rythme!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :