Aller au contenu principal

L’association Bleu-Blanc-Coeur

Mercredi dernier, j’ai eu la chance d’être invitée à visiter la ferme de Jean-Pierre Pasquet, co-fondateur de l’association Bleu-Blanc-Cœur, me donnant ainsi l’occasion d’une escapade d’un jour en terre bretonne.

bleublanccoeur17

bleublanccoeur1

J’ai ainsi pu découvrir cette association que je ne connaissais pas encore. Quoi de mieux pour faire cette découverte que d’avoir en face de soi Jean-Pierre Pasquet, éleveur passionné qui explique extrêmement bien la démarche de l’association ? A l’origine, ce dernier et Pierre Weill, ingénieur agronome, sont partis du constat qu’au printemps les vaches étaient en meilleur forme et produisaient un beurre de meilleure qualité. En effet, l’herbe grasse, riche en oméga 3 de la saison leur permettait d’être en meilleure santé et donc de nous rendre en meilleure santé en consommant les produits issus de leur lait. Ainsi, ils ont effectué de nombreux essais et études pour arriver à obtenir un beurre de cette qualité tout au long de l’année. Comment ? En valorisant les plantes et les graines d’intérêts nutritionnels, riches en oméga 3.

Depuis, l’association a constitué un cahier des charges pour chaque étape de la chaîne alimentaire. Aujourd’hui, elle compte 400 adhérents, pour 5000 éleveurs. Et cette démarche est reconnue par le Ministère de l’Agriculture comme étant vertueuse pour la nutrition humaine et la préservation de l’environnement.

IMG_6849b

On peut expliquer la démarche de Bleu-Blanc-Cœur à travers ses 5 bénéfices.

Bénéfice n°1 : plus de biodiversité. Les cultures traditionnelles sont favorisées pour contrer la monoculture du blé et du maïs. Ainsi, la culture du lin, du lupin, de l’herbe, de la féverole, de la luzerne … favorisent une plus grande biodiversité et une meilleure prise en compte des sols.

Bénéfice n°2 : une chaîne alimentaire restaurée. A travers une culture davantage diversifiée, l’association participe à rééquilibrer l’alimentation de l’homme. Par ailleurs, dans le cahier des charges, les teneurs en oméga 3 sont toujours précisées. La cuisson des graines permet une libération optimale des oméga 3. Les substances indésirables telles que l’huile de palme, les antibiotiques et les additifs chimiques sont interdites.

Bénéfice n°3 : des producteurs engagés. Les producteurs Bleu-Blanc-Cœur s’engagent dans une démarche sur le long teme. Les producteurs de végétaux comme les éleveurs se sont engagés à respecter le cahier des charges.

Bénéfice n°4 : saveur et équilibre nutritionnel. Lorsque l’on sait que l’ANSES recommande une consommation de 2,2 g d’oméga 3 par jour et un équilibre entre oméga 6/oméga 3 de 4 et que la plupart des gens ne respectent pas ces recommandations, on ne peut qu’être heureux de voir dans la démarche de Bleu-Blanc-Cœur un moyen de consommer mieux. Les menus Bleu-Blanc-Cœur permettent en effet de consommer des produits appauvris en graisses saturées et en oméga 6, des produits naturellement plus riches en oméga 3 et de bénéficier d’un ratio oméga 6/ oméga 3 favorable.

Bénéfice n°5 : un environnement préservé. Les cultures diversifiées du projet permettent de retirer les engrais azotés, les herbicides et les insecticides de notre chaîne alimentaire, ainsi que de préserver nos sols. C’est d’ailleurs pourquoi Bleu-Blanc-Cœur a été reconnue par le Ministère de l’Ecologie en 2011 et par les Nations Unies en 2012 comme une alternative agricole durable permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Après avoir compris l’intérêt de la démarche de l’association, on n’a qu’une seule envie : découvrir tous les produits Bleu-Blanc-Cœur. Il en existe un certain nombre dans la grande distribution. D’ailleurs, les amatrices du magasin Monoprix seront ravies d’apprendre qu’il s’agit un partenaire de longue date de Bleu-Blanc-Cœur. U est également une enseigne impliquée. De grandes marques telles que Candia, Danone ou Fleury Michon ont développé un ou plusieurs produits respectant la charte Bleu-Blanc-Cœur. De plus, des producteurs locaux se sont également engagés.

IMG_6847b

Cette visite m’a donc permis d’en apprendre beaucoup sur la démarche de l’association. Mais ce fut aussi l’occasion de voir comment fonctionne l’exploitation de Jean-Pierre Pasquet. Ainsi, nous avons visité sa ferme avec notamment sa salle de traite.  Et c’est encore avec beaucoup de passion et de pédagogie que le maître des lieux nous a expliqué son métier et la façon dont sont nourries ses vaches.

bleublanccoeur5

bleublanccoeur8

IMG_6869b

Jean-Pierre Pasquet au milieu d’une explication !

bleublanccoeur9

bleublanccoeur10

bleublanccoeur11

Les « bébés » de 4 mois

bleublanccoeur13

bleublanccoeur14

C’est au milieu du près que nous avons eu l’honneur de nous faire encercler par l’ensemble des vaches curieuses. J’ai même eu la surprise de me faire léchouiller le manteau par l’une d’entre elle, c’est qu’elles ne sont pas farouches les belles ! Le tout avec, bien entendu une pointe de glamour, grâce à nos protège-chaussures pour citadines, encore plus sexys que les sur-chaussures de la halte-garderie.

photo(1472)

Autour d’un bon repas fait maison et à base de produits Bleu-Blanc-Cœur, la discussion a pu se poursuivre.  Et finalement, c’est dans la bonne humeur que nous avons quitté la ferme où nous avons été extrêmement bien accueillis, je remercie d’ailleurs nos hôtes, au passage.

photo(1474)

bleublanccoeur3

photo(1475)Du far breton !

bleublanccoeur7

 Virginie, la minette de la ferme, très câline au moment du repas.

bleublanccoeur6

Aurevoir, la Bretagne et ses jolies pierres !

Il est vrai qu’après un après-midi si riche en apprentissages et découvertes, portés par un homme convaincu de son projet, on ne peut que se sentir concerné. Je suis ressortie, un peu dépitée, je l’avoue par les réalités de l’industrie agro-alimentaire qui sont parfois effrayantes, et par là même convaincue de la nécessité d’être et d’éduquer nos enfants pour devenir des consommateurs éclairés et responsables.  

Pour vous prouver que ce ne sont pas des paroles en l’air, lors de mes dernières courses alimentaires, j’ai acheté encore plus bio  que d’habitude (même si le bio ne garantit pas tout, puisque l’huile de palme n’est pas interdite dans le cahier des charges de l’agriculture bio) et j’ai surtout scruté le logo Bleu-Blanc-Cœur. J’ai eu la tristesse de constater que dans mon supermarché, on ne le trouvait pas dans tous les rayons, et pire que cela qu’il était parfois rangé vers le bas. Ainsi le jambon Bleu-Blanc-Cœur de Fleury Michon était rangé deux étages plus bas que le jambon Fleury Michon classique qui lui est rangé au niveau de l’œil du consommateur. Je trouve cela tellement dommage ! Par ailleurs, et c’est un problème qu’a souligné l’équipe de l’association, le logo Bleu-Blanc-Cœur est bien souvent disposé en tout petit sur le produit, si bien qu’on le voit à peine. A nouveau, quel dommage ! En tout cas, ça ne me décourage pas et je compte bien acheter des produits Bleu-Blanc-Cœur !  

produitsbleublanccoeurret

Si vous êtes intéressés par le projet, je vous invite bien évidemment à consommer des produits de la filière Bleu-Blanc-Cœur mais vous pouvez également visiter les fermes de l’association, pendant tout le mois de juin. Vous pourrez y découvrir les coulisses de notre alimentation, et comprendre les engagements des agriculteurs Bleu-Blanc-Cœur. Pour les informations, c’est par
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :