Aller au contenu principal

Le RGO expliqué aux parents

Il y a plusieurs jours, j’ai eu la chance de participer à une table ronde sur le RGO ou reflux gastro-œsophagien au Trianon palace de Versailles. Outre le fait que le cadre était plus que plaisant, cela m’a permis de m’informer sur un sujet qui m’intéressait grandement puisque Minicap a souffert de nombreux reflux jusqu’à la diversification, à 5 mois la concernant.

En effet, pendant les 5 premiers mois de sa vie Minicap régurgitait voire vomissait après chaque tétée. Son médecin a prescrit du graviscon et a préconisé de la porter au moins 20 minutes debout après chaque tétée, ce qui était très « reposant », en particulier la nuit comme vous pouvez l’imaginer. Je me sentais un peu démunie, Minicap a été un nourrisson qui pleurait beaucoup, et je me suis toujours demandé s’il y avait eu un lien entre ses reflux et ses pleurs, le mystère reste entier. Lorsque du jour au lendemain, elle a cessé de régurgiter et de vomir, le soulagement fut à son comble.

La table ronde à laquelle j’ai assisté en présence d’un médecin, de personnes travaillant dans un laboratoire pharmaceutique et de mamans très curieuses et avides de savoir, a donc pu apporter des éclaircissements sur ce sujet qui touchent particulièrement les femmes enceintes et les bébés mais qui peut concerner n’importe quelle personne adulte.

IMG_6088

J’avais pris des notes pour pouvoir tout vous expliquer, mais figurez-vous que des objets disparaissent en ce moment, chez nous. Une certaine personne, haute comme trois pommes est soupçonnée … cela fera évidemment l’objet d’un prochain billet. Bref, je vais tenter de retranscrire ce dont je me rappelle, puisque mon carnet de notes a mystérieusement disparu. Heureusement, j’ai une bonne mémoire ! 

Concernant tout d’abord les bébés, les reflux sont considérés comme normaux. En effet, la question est anatomique, dans l’œsophage nous possédons tous un muscle, un sphincter qui se ferme et s’ouvre. Ainsi, lorsque tout fonctionne correctement, après le passage de la nourriture, le sphincter se ferme totalement et tout reste en place dans l’estomac. Chez les nourrissons, et chez les bébés plus âgés, le sphincter est immature. Son dysfonctionnement provisoire provoque donc une remontée des aliments. Le fait que les premiers mois, bébé soit quasi constamment en position allongée et qu’ils ne boivent que du lait, donc du liquide favorisent les remontées gastriques. Ces reflux peuvent durer entre 9 et 18 mois et sont considérés comme physiologiques s’il sont peu abondants, que le bébé dort bien malgré tout et qu’il s’alimente correctement.

Dans le cas de RGO pathologiques, les rejets s’apparenteront davantage à des vomissements abondants, le bébé aura du mal à supporter la position allongée, dormira donc mal et enfin comme il aura identifié les moments de repas comme des moments douloureux, il commencera à refuser de manger. En effet, comme l’œsophage n’est pas équipé pour supporter l’acidité, les remontées d’aliments peuvent s’avérer douloureuses. La complication principale de ce RGO est l’œsophagite, une irritation douloureuse de l’œsophage qui peut nécessiter une hospitalisation. Pour ces bébés, on préconise de les garder longtemps en position debout après les repas et de rehausser leur lit au niveau de la tête, en empilant des gros livres sous les pieds du lit. Ainsi bébé dormira en position semi-verticale (essayé avec Minicap, mais elle glissait dans le lit). Dans le cas où le bébé prend le biberon, on proposera aux parents de lui donner du lait épaissi. Mais il n’existe pas de solution miracle. Je reviendrai plus tard sur les médicaments. Les causes de ces RGO est assez mystérieuse et cela peut durer longtemps …

Concernant les femmes enceintes, souvent sujettes aux remontées acides, il semblerait que le phénomène soit de nouveau anatomique. En effet, l’utérus remontant dans l’abdomen, il vient appuyer sur les organes digestifs, facilitant les remontées des aliments. Dans le cas des femmes enceintes, comme des adultes en général qui souffrent de RGO, la première solution à appliquer est d’ordre positionnel et alimentaire. Ainsi, mieux vaut essayer de rester debout longtemps après le repas, dormir en position semi-allongé et manger peu gras, peu acide et éviter les soupes.

Enfin, quand plus rien ne fonctionne, on pensera aux médicaments. Il existe des anti-acides qui viennent compenser l’acidité de l’estomac, c’est le cas notamment du gaviscon qui peut soulager si les reflux sont peu fréquents (moins d’une fois par semaine). C’est le traitement souvent utilisé pour les bébés. Avec une efficacité toute relative, cela soulage sans arrêter les reflux.

Dans les cas plus persistants, et chez l’adulte, il existe des médicaments très efficaces : les IPP ou inhibiteurs de la pompe à protons, comme le Mopralpro vendu sans ordonnance. A l’origine, ce médicament venait traiter les ulcères de l’estomac. Il vient réduire l’acidité de l’estomac à 95%. Ce traitement s’avère très efficace. Et si les symptômes persistent il faut vérifier qu’il n’y a pas une autre cause aux problèmes de reflux (surtout après 50 ans).

Voila donc ce que j’ai pu retenir sur le sujet. Même après ces éclaircissements, je ne sais toujours pas bien si Minicap  souffrait d’un RGO normal ou pathologique car elle s’alimentait correctement et a eu des périodes de plusieurs semaines où le sommeil était correct. Mais elle a tout de même beaucoup vomi et beaucoup pleuré, le mystère reste donc entier. J’ai l’impression que de toute façon nous n’aurions pas pu faire grand chose de plus que ce que nous avons fait et le principal est que cela n’aura pas duré très longtemps, 5 mois alors que  certains bébés souffrent jusqu’à l’âge de 2 ans. J’espère juste que pour notre bébé à venir, la question ne se posera pas !  Croisons les doigts !

Et vous ? Avez-vous connu le RGO pour vous ou vos enfants ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

3 réponses »

  1. Bonjour!Merci pour cet article qui c’est sure interessera beaucoup de parents désemparés et dans le flou total.
    J’ai, hélas, connu ce reflux pour notre fille, assorti d’une présumée oesophagite dans notre cas. Nous sommes passés par l’Inexium, le Mopral avec gel de Polysilane, puis face aux échecs des traitements, le pédiatre a soupsonné une allergie aux Proteines de lait de vache. Donc lait hydrolisat de riz. Et là, en effet, il y a eu du mieux. Nous avons également eu à la coucher a 45° (seul inclinaison qui apporte véritablement un bénéfice), et avons été à la recherche de tous les trucs et astuces pour ne pas retrouver notre charmant petit bout tassé au bout du lit le matin. Et nous avons trouvé l’objet idéal: un drap housse avec petite culotte de maintien intégré (« Liolit » sur le site de la Marre aux Grenouilles). Du coup il faut également investir dans des surpyjama, mais c’est l’idéal. Par contre, à ne pas faire trop longtemps, car l’inconvénient est que cela empèche l’enfant de se mouvoir normalement, et peut contrarier les étapes normales du developpement (se retourner etc…).
    Enfin, courage, il y a des solutions!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :