Aller au contenu principal

Le tabac, c’est tabou …

Depuis que je suis devenue mère, mes préoccupations concernant la santé en général et mon mode de vie en particulier ont tout simplement doublé voire triplé. En effet, avant ma première grossesse, du haut de mes 27 ans, je me préoccupais très peu de manger sainement, d’utiliser des produits respectueux de mon bien-être ou de faire du sport. Bien évidemment, le fait de devenir mère ne m’a pas transformée du tout au tout, mais disons que je me préoccupe davantage de mon avenir et de celui de ma famille, et cela passe par des questionnements concernant notre santé à tous les 3, et bientôt 4 ! 

Ces questionnements intègrent un problème au combien cruciale : la cigarette. En effet, lorsque nous nous sommes rencontrés barbe de 4 jours et moi, jeunes et insouciants, nous avions un point commun, une sale habitude mais que nous partagions : nous fumions. Lui des cigarettes roulées au goût très amer et moi de de fines cigarettes (pour me donner bonne conscience). Notre consommation était très importante, nous fumions même à l’intérieur de notre appartement et tout cela nous convenait. 

Le jour où j’ai, ne serait-ce que soupçonné une grossesse, je me suis bien évidemment posé la question de la cigarette. J’avais commencé à fumer parce que j’étais stressée, et petit à petit fumer est devenu une habitude. Est-ce que j’arriverais à arrêter ? Est-ce grave de continuer de fumer ? J’ai eu de la chance, en quelque sorte puisque dès l’annonce de ma grossesse, j’ai fait un véritable blocage sur la cigarette. Je n’y arrivais plus, c’était psychologique. Même après la naissance de Minicap, j’ai attendu de nombreux mois avant de remettre une cigarette en bouche et j’ai réussi à maintenir ma consommation au stade de l’occasionnel. 

Barbe de 4 jours, lui, a continué et continue de fumer … énormément. Cela pose parfois des problèmes dans notre couple. Car avec Minicap dans la maison, il est bien évidemment hors de question que monsieur fume dans l’appartement. Par ailleurs, je m’inquiète parfois de sa consommation excessive. Sans être continuellement sur son dos, parfois j’émets juste l’idée d’arrêter ou du moins de diminuer la cigarette. Il n’est pas contre, mais l’affaire n’est jamais aussi simple.

cigarette

Pourquoi certains réussissent à arrêter sans aucune difficulté et d’autres beaucoup moins ? Comme mentionné sur le site de tabac infos service, il est nécessaire d’analyser au préalable son rapport à la cigarette. Nous ne fumons pas tous pour les mêmes raisons. En fonction, de son attachement à la cigarette, de sa motivation pour arrêter, on ne choisira pas la même méthode pour arrêter. 

Les patchs à la nicotine diffusent 24h/24h de nicotine dans le sang. Ils permettent de diminuer la sensation de manque physique et s’adressent donc au personne qui ont une forte consommation de cigarettes. Les gommes, comprimés ou inhaleurs utilisent le même principe que les patchs en permettant de consommer de la nicotine. Ils ont peut-être l’avantage de se consommer oralement comme la cigarette et donc de reproduire un geste quotidien déstressant pouvant éventuellement s’apparenter à la prise de cigarette. Dans ces deux cas, l’idée est d’arriver à un sevrage et les doses de nicotine doivent être diminuées. Il existe également des traitements médicamenteux, sur prescription médicale.

Si toutes ces méthodes ne fonctionnent pas et si la dépendance au tabac est plus psychologique que physique, il existe des thérapies cognitives et comportementales qui peuvent aider. Plus largement et comme avec toute forme de dépendance, je dirais qu’il peut être bénéfique de creuser ses failles pour comprendre son comportement. Notamment en faisant une psychothérapie. Néanmoins, tout le monde n’est pas motivé pour aller aussi loin ! On peut alors se tourner vers les nombreuses méthodes de relaxation qui peuvent aider à se détendre. La sophrologie est par exemple un bon moyen de venir à bout de la cigarette, en particulier si le réflexe d’allumer une cigarette est très fort au moment des pics de stress. 

Enfin, si on n’a pas envie de sortir l’artillerie lourde, on peut essayer des palliatifs plus progressifs. Je pense notamment à la cigarette électronique. A présent, on trouve de plus en plus de lieux dédiés à cette dernière, comme cette boutique de cigarettes électroniques qui offre de nombreux choix. Les études sur la cigarette électronique sont toujours en cours, mais de nombreux médecins affirment déjà que l’utilisation de cette dernière est beaucoup moins nocive que celle de la cigarette ordinaire et constitue un bon moyen d’arrêter le tabac. Personnellement, je dois bien avouer que dans mon entourage beaucoup de personnes arrêtent de fumer par ce biais. 

Enfin, il reste la consommation de réglisse ou le mâchonnage (peu gracieux) de cure-dents pour diminuer sa consommation de tabac. Ces méthodes bien que peu protocolaires, semblent avoir fonctionné chez certaines personnes. Mais pas sur barbe de 4 jours … malheureusement ! 

La capuchon’s family par mon beau-frère

Quoi qu’il en soit, l’arrêt du tabac prend du temps et nécessite parfois un véritable accompagnement. A tous ceux qui souhaitent stopper, je vous souhaite bon courage et un moral d’acier ! Quant à barbe de 4 jours, l’affaire suit son cours.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :