Aller au contenu principal

Les nerfs à vif

On a tous entendu cette phrase « chaque grossesse est différente », je n’imaginais pas avant d’attendre ma petite deuxième, à quel point cela était vrai. Enceinte de Minicap, j’étais certes plus fatiguée qu’à l’accoutumée, particulièrement pendant le 1er et le 3ème trimestre, mais cela restait franchement raisonnable. Or, aujourd’hui, si cette deuxième grossesse me ravit par bien des aspects, comme ce ventre rond, immanquable et énorme ou mon bébé si vif qui se rappelle à mon souvenir à grand renfort de coups de pieds et de secousses sismiques, je dois bien l’avouer, elle m’épuise également.

Peut-être parce que j’ai vécu 3 mois d’enfer au tout début, peut-être parce que j’ai déjà un premier enfant à gérer, peut-être parce que je suis moins jeune, que j’ai accumulé trop de retard de sommeil ces trois dernières années … toujours est-il que je me retrouve avec les nerfs à vifs. La concentration d’hormones au m3 dans mon sang, n’aidant pas il faut bien l’avouer. Alors, presque tout peut enclencher mon énervement : un mot de travers de barbe de 4 jours, la chouinerie de trop de Minicap, un objet « mal » rangé dans la maison ou un chat sur ma route lorsque je traverse l’appartement. J’ai les nerfs en pelote, à vif et je deviens par moments une vraie mégère.

IMG_0039

J’ai l’impression d’avoir 15 ans à nouveau, et de ne plus contrôler mes émotions. Tout remonte à la surface, sans que je puisse y faire grand chose. Alors bien entendu, par moments je pense à barbe de 4 jours et à Minicap et je me dis qu’il faudrait que je me calme un peu, au moins pour eux. Tout particulièrement pour ma Minicap qui vit ses derniers mois de fille unique, elle si collée serrée avec sa maman qui s’adapte pourtant si bien à toutes les situations. Je lui ai déjà fait subir trois mois de quasi non disponibilité de ma part, au début de la grossesse. A présent, j’aimerais au moins préserver notre complicité et notre tendresse avant l’arrivée de sa petite sœur. Alors je respire, je compte jusqu’à trois et je tourne ma langue 7 fois dans la bouche avant de laisser la colère prendre le dessus.

Rien d’évident à tout cela, si on ajoute à tout le toutim, cette tendance chez les enfants à devenir plus … comment dire … présents (mais vraiment très présents) à mesure que l’imminence de l’accouchement approche. Ce faisant, on ne risque certes pas de les oublier ces aînés qui ont peur d’être délaissés, mais en tant que parents, on encaisse le package complet : les bons ET les mauvais côtés. Ainsi, dernièrement, Minicap, forte d’une certaine confiance enfin acquise à l’école, se montre très têtue, très exigeante, très rentre dedans et parfois même un peu insolente ! C’est que cela tombe à point nommé, n’est-il pas ?! 

Je ne doute pas que nous arriverons à tenir le cap malgré tout, que j’arriverai à calmer mes nerfs de femme enceinte et à préserver ma Minicap, car bon sang qu’est-ce que je l’aime cette pépette ! Mais que ces périodes sont emplies d’émotions vives et intenses pour tout le monde ! Et ce n’est que le début !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :