Aller au contenu principal

Le séjour à la maternité comme un cocon

Je vous rassure, je ne suis pas une adepte du séjour en maternité. Pour tout dire, lorsque j’ai eu Minicap, j’y ai vécu un enfer. Restée 6 jours là-bas et surtout 6 nuits de plus en plus chaotiques, j’ai du essuyer des remarques acerbes de plusieurs auxiliaires de puériculture, supporter les ingérences et remarques indélicates de certaines personnes de ma famille venues me rendre visite et enfin affronter ma montée de lait, devant mes parents, avec en prime un bon baby blues me poussant à pleurer à tout bout de champ. Le tout en étant à un niveau de fatigue extrême, hémorragie de la délivrance oblige.

Mais justement, c’est forte de cette expérience que la deuxième fois j’ai pris les devants pour vivre un séjour un tantinet moins traumatisant. Et j’ai bien fait car pour petite R, je n’ai même pas eu de baby blues. Partie de la maternité au bout de 3 jours, j’ai même failli pleurer d’émotions en quittant les lieux tant j’étais émue et presque triste de m’en aller.

rose5

Comment est-ce possible ? Déjà, pour un deuxième il faut bien avouer que l’on est un peu plus armé pour affronter l’expérience. Je suis venue, j’ai vu, j’ai vaincu (ou presque) ! Retourner à la maternité c’est savoir qu’on y sera fatiguée, peut-être bouleversée, qu’il y aura des visites médicales à tout bout de champ : pour bébé et pour soi, que la nourriture bien que très équilibrée, ne sera pas bonne et surtout qu’il va falloir passer de l’état de grâce de la grossesse à « dépatouille-toi toute seule avec ce minuscule bout de chou aux besoins intenses ! » Enfin, toute seule, j’exagère car il est vrai qu’à la maternité, on est aidé les premiers jours. On remontre les gestes pour les soins et le bain, que ce soit son premier ou son deuxième. Et c’est une bonne chose !

Mais bien que de savoir aide à affronter les choses, cela ne suffit pas. Pour être sereine, j’ai fait quelques choix.

A commencer par celui de la maternité. Je me suis inscrite dans une maternité très réputée, près de chez moi. Les locaux étaient neufs et le personnel hyper calé. Certes, il a fallu me dépêcher de m’inscrire à deux semaines et demi de grossesse, mais je suis ravie de m’être empressée. Cela m’a permis d’éviter les douches collectives sales et les membres du personnel récalcitrants et peu sympathiques. Au contraire, je suis même tombée sur des personnes ultra bienveillantes, patientes et à l’écoute. Peut-être un coup de chance, mais cela vaut le coup de se renseigner sur la maternité où l’on compte accoucher. Et j’ai tant apprécié l’ambiance générale que je l’ai dit en partant à la sage-femme qui s’occupait de mon départ. Je songe même à envoyer un faire-part de naissance de petite R à la maternité, c’est dire !

Ensuite, comme je l’ai déjà mentionné, j’ai choisi de me préparer à la naissance en pratiquant de la sophrologie. Quel est le rapport me direz-vous ? Peut-être n’y en a t-il pas, mais j’ai eu l’impression que cela m’avait aidée à rester positive coûte que coûte. Même lorsque j’ai du passer une première nuit en chambre double, à partager les pleurs de mon bébé avec ceux du bébé de ma voisine ! Et j’ai eu raison de rester zen, dès le lendemain, petite R et moi avons eu notre propre chambre, le bonheur !

IMG_0488B

Enfin, et c’est le plus important selon moi, j’ai refusé toutes les visites à la maternité. Cela peut paraître radical mais je n’ai pour le coup absolument AUCUN regret. Pour moi, le séjour maternité qui ne dure normalement que 3 jours, à présent (l’entourage peut attendre 3 jours) sert avant tout à récupérer de l’accouchement et à se découvrir mutuellement avec bébé. Ce n’est ni le temps des présentations, ni le temps des mondanités. Mais ce n’est que mon avis, bien évidemment. Seulement, lorsque j’ai vu ma voisine de chambre qui avait comme moi fait une nuit blanche pour accoucher, faire défiler toute sa famille, tout l’après-midi, dans la chambre, j’avais envie de crier « Mais DORS !!!!!! Ce n’est pas cette nuit que tu pourras le faire, tu vas accumuler de la fatigue pour RIEN !!!! » Et effectivement, la nuit qui a suivi fut corsée, et je n’ai toujours pas compris pourquoi ce couple avait choisi cette option. Il est déjà assez difficile de s’endormir à la maternité, alors à quoi bon en rajouter avec les visites tout l’après-midi, sachant que la matinée est consacrée aux visites médicales et la nuit à bébé. Durant les 2 jours qui ont suivi, j’ai passé tout mon temps libre à dormir ou au moins à m’allonger au calme. C’est d’ailleurs ce que m’avait conseillé la sage-femme et l’auxiliaire de puériculture de la salle de naissance. Parce que c’est là qu’on rattrape la fatigue de l’accouchement (on n’imagine pas l’énergie que cela demande !) d’autant plus lorsqu’une fois à la maison, on a un aîné à gérer. Puis j’ai aimé partager ce séjour avec petite R, barbe de 4 jours et Minicap, uniquement. C’était une bulle, un cocon, un doux moment pour apprendre à se connaitre, et c’est si important ! Par ailleurs, me retrouver en blouse, avec un filet en guise de culotte, ou avec des seins énormes pendant la montée de lait n’ont pas constitué mes moments favoris pour m’exhiber devant la famille et amis …

Ce qui m’amène au dernier point. Pour avoir le moral, j’avais prévu un peu de maquillage, et des tenues dans lesquelles je me sentais jolie. C’est sur on ne va pas faire un défilé de mode dans les couloirs de la mater, mais se sentir fraîche autant que possible (même si on ne reçoit pas de visite) c’est important et ça fait du bien.

C’est donc ainsi que j’ai pu vivre un séjour qui m’a plu, que je garderai dans ma mémoire comme un doux séjour. Malgré les prises de sang de petite R, les multiples examens et l’ambiance parfois trop médicalisée, j’ai vraiment eu l’impression de vivre ces moments pour mon bébé et moi. On s’est rencontrées, toutes les deux. J’ai pu me centrer sur  petite R pendant ces 3 jours où je n’avais pas à penser à autre chose (même si je culpabilisais pour Minicap …) Tout s’est passé si sereinement que j’ai même reçu les compliments de l’équipe de nuit qui a dit que je me débrouillais très bien. Après des débuts chaotiques avec Minicap, j’avoue être heureuse de m’en sortir aussi bien avec ma deuxième, comme si je remportais une petite revanche contre moi-même. Et je suis sure que toutes les petites décisions que j’ai prises auparavant ont contribué à cet état de fait. Et ce serait si bien que toutes les jeunes mamans vivent la même expérience ! 

 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

14 réponses »

  1. C’est un séjour qui donne envie, et je trouve l’idée de refuser les visites très bonnes. Seulement, je ne sais pas si j’oserai le faire…pourtant, ce n’est pas l’envie qui manque. Félicitations encore pour Petite R, bienvenue à elle.

    • Oui, j’ai eu droit à quelques remarques et effectivement ça ne plait pas à tout le monde mais j’assume mon choix et je ne regrette pas. Puis je me dis que je me sens tellement mieux qu’après mon premier accouchement, rien que ça ça peut faire réfléchir l’entourage ! Si vraiment c’est que tu voudrais faire, n’hésite pas, l’entourage peut comprendre ou au moins accepter.

  2. Ça donne envie d’accoucher dans cette maternité, j’y réfléchirai pour le deuxième ! J’ai moi aussi été émue en partant de la maternité, avec mon mari, nous avions les larmes aux yeux en écrivant dans le livre d’or ! Et je leur ai envoyé un faire-part.

  3. Que ce soit à la maternité où à la maison on a toujours refusé les visites les 48h qui suivent la naissance. Pour le 3ème qui arrive, on ira à la clinique pour la naissance mais on ne reste pas : normalement 3h après on sera chez nous, et là aussi on ne recevra personne pendant 2 jours, ensuite ce sera la proche famille et une fois seulement. Les premiers moments c’est vraiment trop intime, fatiguant et important, pour que je me prenne la tête avec des visites en prime. Les gens ont attendu 9 mois pour rencontrer cet enfant, ils peuvent attendre quelques jours de plus 🙂

  4. Bizarrement j’ai préféré les visites à la mater que celles à la maison, genre l’oncle pénible qui s’incruste 2 heures ou plus alors que t’es épuisée, qui bouge pas le petit doigt pour desservir et regarde en biais le bordel ambiant de jeunes parents débordés. Du coup j’espère le contraire accoucher près du week end pour avoir les visites à la maternité et rentrer au calme à la maison.

    Pour le choix de la maternité, je suis d’accord, hors de question de remettre les pieds là où ma grande est née! Et hors de question de revivre un accouchement aussi passif que le premier.

    • Nous, pour les visites à la maison, nous les étalons dans le temps et on ne reçoit qu’une fois par jour. Ça permet de ne pas trop se fatiguer puis en s’étant reposé à la mater c’est plus simple à gérer je trouve. Mais je vois ce que tu veux dire, c’est sur qu’à la maternité on n’a pas d’intendance à gérer mais perso je me suis sentie mal à l’aise de recevoir en étant dans un état de faiblesse, il faut dire qu’avec mon hémorragie j’étais clouée au lit.

  5. Je suis tout à fait d’accord pour les visites. Apprendre à se connaître d’abord à trois, et se reposer comme on peut, c’est déjà pas évident en chambre double.

  6. Bonjour,
    et merci de ce témoignage. Et je partage ton choix des non visites. Puis-je te demander dans quelle la maternité tu es allée?

    • A Necker. Je n’ai d’ailleurs qu’un regret concernant l’accouchement : ne pas avoir pu utiliser les baignoires de naissance disponibles dans la maternité, car j’avais déjà perdu les eaux.

      • Ah! Une publique ! Enfin! 😉 J’ai beaucoup de retours sur des cliniques privées, mais perso l’AP-HP a ma préférence! Lariboisière, pour sa proximité.. C’est en effet un moment si important qu’il faut s’y sentir rassurée, être en confiance… Mais les expériences sont si variées, que j’ai un peu l’impression que ça se joue au coup de bol.. Bref! Ca me taraude 😉

  7. J’avais toujours dit : 0 visite à la maternité et puis finalement mes parents ont débarqué sans être invités… Pendant ma montée de lait et la fatigue. J’ai dormi pendant une partie de leur visite, la honte !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :