Aller au contenu principal

Nos débuts d’allaitement

Ceux qui me suivent depuis fort longtemps savent que l’allaitement est une affaire sérieuse pour  moi. J’ai allaité Minicap un peu plus de 2 ans et j’avais bien évidemment l’intention d’allaiter petite R. Mes débuts avec Minicap avaient été compliqués par le fait par la prise de biberons de lait artificiel, le premier juste après la tétée de bienvenue, à l’initiative des auxiliaires de puériculture … Par conséquent les premiers jours, Minicap a mal tété, et il a fallu que je passe par la case tétons en silicone pour qu’elle finisse par y arriver. C’est à force de persévérance que j’ai réussi à la déshabituer. Il était hors de question que nous vivions tout l’allaitement avec ces tétons artificiels ! 

Je ne voulais pas vivre les mêmes déboires la deuxième fois, alors pour petite R, j’ai écrit dans mon projet de naissance que je refusais que l’on donne des biberons de complément à mon bébé, sans mon accord préalable. Ma volonté fut respectée. Par ailleurs, quand j’ai perdu les eaux à 37 SA, j’avoue que l’une de mes craintes était d’avoir un bébé trop petit ou trop faible pour téter correctement. Je savais que cela arrivait fréquemment avec les bébés nés un mois trop tôt. Nous avons eu de la chance, puisque petite R s’est avérée être une téteuse née ! Dès ses premiers soins, l’auxiliaire de puériculture l’a dit et cela s’est vérifié par la suite. La puce n’a jamais eu le moindre problème pour téter, je n’ai pas eu une seule crevasse et le commencement de notre allaitement fut un rêve.

IMG_0943

 Robe Mamanana

Bien évidemment, ce fut un peu chaotique les trois premiers jours, puis il y a eu  la montée de lait et enfin un allaitement qui s’est mis en place jusqu’à 3 semaines après l’accouchement environ. 

Je suis tout de même allée voir une conseillère en lactation lorsque petite R a eu 17 jours. En effet, j’étais perturbée par le fait qu’elles’étouffait régulièrement pendant les tétées. Minicap avait vécu la même chose mais  l’avait mieux géré que sa petite sœur. J’ai mis cela sur le compte du réflexe d’éjection fort.  Le lait arrivait trop vite. La conseillère en lactation me l’a confirmé et m’a donné plusieurs conseils : trouver une position qui permet au lait de couler moins vite, espacer les tétées. J’ai trouvé une position qui me convenait, je m’assois en me vautrant quelque peu, ainsi petite R arrive à mieux gérer la venue du lait. Allongées, nous rencontrons moins de problème également. Les changements de position et le fait que petite R grandisse font qu’aujourd’hui, elle ne s’étouffe quasiment plus en buvant le lait. Si vous avez un doute concernant le réflexe d’éjection fort, il y a un moyen simple de vérifier. Pendant la tétée, au moment de la montée de lait, quand vous sentez les picotements dans le sein, si vous retirez bébé, le lait jaillira à plusieurs centimètres, voire mètres … (oui, je sais c’est le top du glamour, j’en conviens).

Par la suite, mon bébé si calme s’est également mis à beaucoup régurgiter et à pleurer. Pour avoir vécu la même chose avec Minicap, j’ai décidé de prendre les devants en allant tout de suite voir une ostéopathe. Cette dernière m’a annoncé que ce que je prenais pour des pleurs dus à des vomissements étaient en réalité des coliques ! Il n’y a donc pas grand chose à faire si ce n’est de tenter les massages (tenir les pieds de bébé, plier les jambes et balancer de droite à gauche, par exemple) et d’espacer les tétées pour arriver à 1 tétée/3 heures à la fin de son 2ème mois. Pour l’instant, elle tète toutes les 2 heures en journée, et toutes les 2h30 ou 3 h la nuit. Le pédiatre m’a également conseillé d’éviter de manger ce qui se digère mal : chocolat, café, produits laitiers et boissons gazeuses. Directive à nuancer, puisque la conseillère en lactation m’a dit que mon alimentation n’avait pas d’impact sur la digestion de ma puce. En attendant, j’ai tout de même remarqué que les coliques empiraient énormément lorsque je buvais du café, j’ai donc arrêté d’en boire. 

Notre allaitement se passe donc plutôt bien, malgré ces désagréments. Comme me l’a dit l’ostéopathe, il n’y a pas grand chose à faire à part attendre que bébé grandisse. Pour Minicap, tous ces maux de ventre ont totalement disparu au moment de la diversification, à 5 mois. A voir donc pour petite R. En attendant, nos moments d’allaitement restent des instants tendres et câlins.

Pour entretenir la lactation, j’ai deux petites astuces qui fonctionnent bien : la tisane d’allaitement de Weleda et le coup de pouce allaitement de Néobulle. 

IMG_0940

On a connu débuts d’allaitement plus chaotiques, et j’espère que les choses se passeront de mieux en mieux. Cette semaine, nous allons tenter un biberon de lait tiré, histoire que je puisse sortir et surtout que bébé s’habitue au biberon car Minicap n’en a pas bu un seul ! 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :