Aller au contenu principal

L’étage du dessus

Cette année, comme tous les ans depuis sa naissance Minicap m’a impressionnée par sa capacité d’adaptation, sa capacité à changer, à évoluer, à faire fi de tous les pronostics et suppositions. Cette année, Minicap est passée d’une petite puce pas tout à fait à l’aise à l’école, muette devant sa maîtresse et véritablement propre qu’en novembre, à une véritable petite écolière, qui parle, chante et s’amuse avec les copains à la récréation. Je la vois s’asseoir à son petit bureau, à la maison, s’appliquer mais aussi s’énerver quand elle n’y arrive pas et je visualise la petite élève qu’elle doit certainement être en classe : un brin angoissée, toujours à demander l’approbation des adultes. Et c’est effectivement ainsi que sa maîtresse me l’a décrite. Pourtant, j’ai confiance en sa capacité à s’affirmer car qu’est-ce qu’elle a grandi en un été !

Pas n’importe quel été il faut bien l’avouer car avec l’arrivée de petite R c’est tout un monde qui a évolué. La famille entière a joué aux chaises musicales et Minicap est devenue la GRANDE sœur et ça croyez-moi ça change beaucoup de choses. Les changements se sont amorcés pendant ma grossesse. La puce a commencé par mieux dormir, (comprendre par là sans se réveiller et ses parents avec), elle a appris à s’endormir seule dans son lit, à aller vers les enfants et à ne plus être gênée. Je me délecte à présent d’écouter ses conversations d’enfant au square, et j’adore la voir courir et attraper les fourmis avec les petits garçons, ses éclats de rire faisant écho dans l’air.

Ces derniers mois, tout s’est accéléré, un bébé est arrivé. Le cap a été difficile pour Minicap, j’ai bien vu comme trouver sa place a été compliqué. Mais je mentirais si je disais que me situer en tant que mère dans cette nouvelle configuration a été de la tarte aussi. Je me suis posée des questions, j’ai douté, j’ai culpabilisé. Finalement, c’est quand j’ai senti que Minicap se sentait grande mais qu’elle avait aussi besoin d’être recadrée pour se sentir contenue et aimée que j’ai compris quel rôle tenir. Car à force de la voir piquer des crises épouvantables, se montrer insolente et dans le même temps nous déclarer son amour à corps et à cris, j’ai fini par comprendre qu’elle avait besoin d’être aimée à sa nouvelle place. Comme je lui dis souvent ces derniers temps : « Oui tu es une grande ma chérie mais tu n’es pas encore une adulte. » Bref, c’est une petite fille, ni plus ni moins. Elle n’est plus mon bébé (même si elle le sera toujours un peu dans mon cœur de maman), mais elle reste une enfant. Cela semble si évident à dire, mais il a bien fallu le verbaliser plusieurs fois pour que Minicap le comprenne. A présent, lorsque je la regarde, je vois une petite fille intelligente et vive qui est capable de dire des mots de grande et de faire preuve d’autonomie. Elle a mûri cet été et je suis impressionnée.

IMG_1747

Alors, même si des tempêtes nous en traverserons encore un certain nombre, aujourd’hui c’est confiante que je t’ai conduite à l’école et que j’ai monté avec toi les escaliers qui mènent à l’étage du dessus, celui des moyennes sections. Va ma fille, grandis et souris !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :