Aller au contenu principal

Vivre avec un freelance : entre contraintes et libertés

Qui a dit que la liberté n’avait que des avantages ? Depuis 1 an et demi environ, Barbe de 4 jours est libre, non pas de courir les filles, mais de jongler d’un client à l’autre et surtout de travailler 90 % du temps à la maison. C’est une chance et surtout un épanouissement pour lui. Certains détesteraient de ne pas avoir une vie professionnelle totalement détachée de la maison, mais pas lui. Il travaille devant son écran pour son compte et pour celui qui a toujours eu un peu de mal à gérer la hiérarchie, c’est un environnement de travail qui lui convient parfaitement. Par ailleurs, il lui arrive de sortir pour travailler à l’extérieur ou pour des rendez-vous avec ses collègues ou ses potentiels clients. Et cela lui suffit.

Si l’épanouissement semble de mise du côté de Barbe de 4 jours, qu’en est-il du côté de notre petite famille ? Car disons-le franchement, ce mode de vie est atypique et ne représente absolument pas la norme.

Parmi les inconvénients notoires et qui plus est depuis mon congé maternité et parental : Barbe de 4 jours et moi sommes TRES souvent ensemble. Alors oui, on s’aime, on s’entend à merveille mais il est toujours bon pour un couple de s’éloigner un peu avant de se retrouver. Et vivre de son côté les aventures de la journée promet souvent des discussions animées le soir. Or pour nous, depuis quelques mois le mystère s’estompe quelque peu !

Par ailleurs, cette promiscuité physique nécessite souvent de délimiter des limites claires. Car en journée, en semaine, si barbe de 4 jours est physiquement présent, il n’est pas censé l’être mentalement. Cramponné à son ordinateur, il doit donc se concentrer et si la tentation est immense pour moi de lui demander de l’aide toutes les 5 secondes pour les filles, ou d’entamer une discussion sur le dernier épisode de Grey’s anatomy (qu’il ne regarde pas), je dois m’abstenir ou tout du moins me retenir un minimum. Difficile pour Minicap de comprendre que papa est là sans être là. Et je ne vous parle pas des coups de téléphone professionnels de monsieur avec en bruit de fond une puce chantonnante. Parfois il a même droit à ce concerto magnifique à base de Minicap hurlante, de Petite R pleurante et de maman au bout du rouleau. Et lui doit jongler pendant que l’on fait comme s’il n’était pas présent.

La limite à définir est aussi temporel. En effet, à quelle heure commence et à quelle heure termine la journée d’un travailleur freelance ? Difficile de recevoir un soupir en guise de réponse quand je demande à Barbe de 4 jours de m’aider avec le bain et le dîner, à 18h30. Je sais que bon nombre de personnes finissent le travail plus tard, mais beaucoup d’autres la terminent aussi à ce moment-là, surtout que dans le cas de Barbe de 4 jours, le travail continue de toute façon même après le dîner. Alors parfois je lui demande à quelle heure il rentre à la maison … De même le week-end, quand je le vois devant son écran, j’avoue pester. Finalement, c’est ce que j’aime le moins, devoir lutter avec les frontières. Je m’oblige à le laisser au maximum tranquille, pendant les horaires de bureaux lambdas. En revanche, le week-end, j’affiche clairement la couleur : la famille d’abord ! Si Barbe de 4 jours râle, il est néanmoins d’accord sur le fond. Cela reste un réajustement permanent, des deux côtés.

L’autre inconvénient est l’image renvoyée à Minicap qui peut parfois porter à confusion. Elle n’a pas un papa qui part tous les matins au travail, or comme elle n’a que 3 ans, elle  imagine certainement que c’est ainsi pour tous les papas. Alors que maman reste à la maison pour garder la petite soeur, qu’en est-il de la réalité du monde dans lequel elle vit ? D’ailleurs, la psychologue que nous avons vue la semaine dernière m’a bien dit que cette situation ne facilitait pas les choses pour Minicap qui est finalement la seule à sortir toute la journée pour aller à l’école. Cependant, sur ce point précis, je ne suis que modéremment inquiète puisque je finirai bien par reprendre le chemin de l’école moi aussi !

Dernier point négatif et non des moindres : les sous et l’insécurité. Ce n’est pas le cas de tous les freelance, mais barbe de 4 jours n’étant qu’au début de son activité, il ne gagne pas non plus une fortune. Ce n’est pas grave, nous faisons avec, comme toujours. Par contre, du côté de l’insécurité, les choses sont loin d’être marrantes. Comme en amour, il peut allégremment quitter un client, sans grands adieux, mais il peut aussi être quitté par un client régulier, d’un mois sur l’autre. Cela lui est arrivé pendant ma grossesse et j’ai moyennement apprécié ce coup de stress. Ce n’est pas une situation faite pour moi mais Barbe de 4 jours, lui, a le caractère taillé pour ce type d’aventure et tel un chat, il sait rebondir sur ses pattes, ouf. Mais, avouons-le ce n’est pas l’idéal pour se sentir en sécurité, et pour se projeter. Même si j’ai appris avec surprise de ma banquière, qu’acheter un bien immobilier était tout de même possible. Par ailleurs, concernant le confort des à côtés d’un salarié, on peut faire une croix dessus. Pas de congés payés, pas de tickets restos ou de chèques vacances … etc. Barbe de 4 jours n’a pas pris de jours pour la naissance de Petite R, même si bien évidemment il a du freiner ses activités.

montgolfiere

Alors le rêve de liberté en prend un sacré coup, n’est-ce pas ? Tous ces points négatifs ne sont que les conséquences de la responsabilité apportée par tant de libertés. Mais il est évident que la situation a aussi d’énormes avantages. Ainsi, s’il me faut ronger mon frein pour ne pas trop solliciter Barbe de 4 jours à longueur de temps, il n’empêche qu’il m’aide ponctuellement. Parfois pour des choses toutes bêtes comme porter Petite R le temps que je me prépare pour sortir, faire une petite course ou réceptionner un colis. Il peut moduler ses horaires et donc être disponible une journée entière pour une occasion, sans avoir de comptes à rendre. Et dans l’organisation d’une vie de famille, cela n’a pas de prix. En effet, l’an dernier, quand je travaillais encore, nous avons pu éviter à Minicap le goûter jusqu’à 18h, grâce à la flexibilité de Barbe de 4 jours. De plus, si Minicap n’a pas un modèle de papa qui part travailler, elle a néanmoins gagné un papa ultra présent. Même s’il ne s’occupe pas toujours d’elle, il est là.

Par ailleurs, cette situation permet à Barbe de 4 jours d’être en forme et heureux et cela a nécessairement des conséquences positives sur le quotidien. Je vois bien la différence entre les jours où il travaille à la maison et les quelques jours où il est en extérieur. Dans le deuxième cas, il rentre fatigué, parfois irracible. Le fait de ne pas prendre les transports, de pouvoir aller à son rythme, cela change tout.

Enfin, si parfois Barbe de 4 jours et moi nous tapons sur les nerfs, à force de nous voir, il est aussi très agréable de voir son amoureux aussi souvent. Nos bureaux sont quasiment dos à dos et parfois Barbe de 4 jours plaisante en pestant contre « sa collègue de bureau » en réclamant d’en changer ! Au final, c’est assez drôle de pouvoir nous glisser un mot, nous donner un baiser furtif ou sourire devant Petite R, en pleine journée. Il a ses pauses « cigarette » et ses pauses « famille ».

Parfois, je souris en me demandant ce que pense le voisinage ou le personnel de l’école. En particulier quand après être allée chercher Minicap à l’école, à 15h, je demande à Barbe de 4 jours d’y repasser pour déposer un papier urgent que j’ai oublié. Que doit se demander la gardienne qui connait bien nos têtes maintenant ? Car avouons-le, la situation n’est pas courante. Je sais que nous sommes privilégiés mais nous prenons aussi des risques pour vivre cette vie-là.

Ainsi, vous l’aurez compris, si je déteste l’absence de limites claires et l’insécurité, j’apprécie d’un autre côté la souplesse et la liberté qui permettent de moduler notre vie comme bon nous semble ou presque.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

4 réponses »

  1. Très intéressant sachanrt que je suis moi même freelance et tu décris tout très bien! J’ai pensé aux solutions de coworking pour justement sortir de chez soi et un peu plus séparer le temps de travail et le temps de la famille, pas facile!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :