Aller au contenu principal

La période casanière

Après plusieurs week-ends enfermés à la maison, parfois à buller telles des larves mais parfois aussi à se comporter de façon un poil hystérique en raison de la présence de deux petites puces montées sur ressort, je me suis mise à m’interroger sur le pourquoi de notre baisse de sortie de ces derniers temps. 

Il y a de cela moins d’un an, nous faisions pourtant de nombreuses sorties. Jardin des plantes, Palais de Tokyo, Berges de Seine, Jardin des Tuileries … Mais que nous arrive-t-il depuis quelques mois pour que nous soyons si enclins à rester à la maison enfermés, casaniers ? Le mauvais temps et le froid ne suffisent point à expliquer un tel déclin.

C’est en me rendant compte que je rechignais même à faire les courses accompagnée que j’ai commencé à me douter du pourquoi du comment. La raison de notre léthargie, de notre envie de cocooning est toute simple et mesure un peu plus de 80 cm : PETITE R.

La puce, du haut de ses 20 mois est devenue un bambin adorable avec ses petites expressions, mimiques inimitables, ses mots incompréhensibles et sa dégaine de petit humain maladroit. Mais comme tout bambin de cet âge, elle est aussi devenue très exigeante et supporte très mal la frustration.  Ajoutez à cela un soupçon de courage et de témérité, une pincée de mimétisme à toute épreuve et vous obtenez un bébé qui se croit aussi grande que sa sœur de 5 ans et qui veut tout faire comme elle, comme vous, qui refuse la poussette et veut porter le parapluie. Bref, vous obtenez ce doux mélange des bébés entre 18 et 30 mois : des grands bébés ou des tout petits enfants qui veulent tout sans comprendre ou qui demandent tout sans écouter. 

Par la force des choses, depuis quelques mois donc, j’évite de faire les courses avec Petite R, et surtout nous évitons les grosses sorties avec elle. Pour ne pas trop pénaliser Minicap, nous organisons quelques sorties juste avec elle, comme lorsque nous sommes allés à Disneyland à trois, ou lorsque je suis invitée pour le blog. Mais sinon, il faut bien l’avouer nous devenons de vrais ours casaniers, plus par crainte que par envie d’ailleurs. Crainte de rentrer plus fatigués, crainte de devoir tenir des dialogues de sourds, voire de fous avec une Petite R frustrée et donc énervée, crainte enfin que le plaisir de la sortie se noie totalement dans les méandres de ces problèmes de communication. La logistique sieste/repas à gérer en plus. 

Alors, sans pour autant sombrer dans une grave dépression, Barbe de 4 jours et moi éprouvons une certaine nostalgie de nos sorties. Nous nous sentons aussi frustrés. On parle d’idées d’expos à faire en famille et tout d’un coup, on se rappelle ! « Ah non mais ça va être ingérable là ! »

IMG_4941b

Fort heureusement, ayant une mémoire d’éléphant, je me rappelle avoir connu la période casanière avec Minicap. Elle a duré un certain temps elle aussi. Je me rappelle très bien du moment où elle a pris fin. Minicap avait entre 2 ans et 2 ans et demi et nous avons tenté un restaurant toutes les deux. Si la date est incertaine, je me rappelle très bien avoir été très surprise que tout se passe bien, comme si cela relevait de l’impossible. La puce était calme, attendait tranquillement, ne râlait pas pour manger. Evidemment, au bout d’un moment elle en avait eu assez, mais tout m’avait semblé plutôt raisonnable et nous avions, somme toute, passé un bon moment toutes les deux. 

Je sais aussi qu’après cette étape, toutes les sorties ont été de plus en plus simples à gérer, pour devenir ultra faciles aujourd’hui. Alors je ne désespère pas de trouver vite le courage et l’énergie de ressortir en famille. Je sais que Petite R va bientôt évoluer et que bientôt nous pourrons tous profiter de nos escapades, sans trop nous limiter !

En attendant, je profite des facéties de Petite R, de ses petits jeux simples et je tente de savourer nos week-ends d’ours.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réponses »

  1. Ma fille qui a un jour d’écart avec la tienne se comporte tout pareil. Ton billet m’a fait rire!! Je suis comme toi, je redoute l’idée de sortir avec ce grand bébé fougueux. Les sortie avec ma grande qui a 4 ans et demi me parraissent tellement simples à côté. Comme tu dis ça passera, et Apres on regrettera nos bébés devenus grands…!! Profitons en donc pour embrasser leurs bonnes grosses joues (quoique même la, parfois ma petite chipie râle lorsqu’elle a mieux à faire que d’être câlinée)!!

    • Oui, il faut aussi profiter des bons côtés de cet âge, car même si la puce me fait tourner en bourrique, je fonds aussi totalement devant ses mimiques de bébé. Restons positifs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :