Aller au contenu principal

Le yarn festival

Le but principal de mon petit week-end à Edimbourg était de venir faire un tour au Yarn festival. Je l’avoue, j’ignorais l’existence de ce salon, jusqu’à ce qu’une initiée vienne me dire « Allez, chiche, on y va ! ». N’étant pas très difficile à convaincre lorsque il s’agit d’escapades, j’ai répondu banco !

C’est donc ainsi, que je me suis retrouvée, un beau samedi matin sur les quais d’une gare d’Edimbourg pour rejoindre le festival, à une station de là. Après avoir peiné à obtenir notre billet, (visiblement je ne roule pas assez les R), nous avons pu prendre notre train. Assises dans le wagon, nous avons souri bêtement devant tous les groupes de copines de tous les âges, arborant de jolis châles tricotés. Nous étions empruntes d’une complicité implicite. Effectivement, arrivées à la gare de Slateford, nous avons été une cinquantaine de dames à descendre, direction le Corn Exchange pour rejoindre le festival.

De la bonne humeur, des personnes passionnées par le sujet et des laines plus belles les unes que les autres, voila ce qu’on trouve au festival. On y découvre de très beaux stands de laine, des couleurs incroyables, des livres, des tutos, des fans qui caressent les écheveaux et des exposants avec du tricot tatoué sur le bras !

Nous n’avons pas participé aux ateliers et cours mais nous avons passé une très belle matinée et début d’après-midi à déambuler entre les stands. J’ai été impressionnée de voir certaines personnes emporter avec elles des sacs énormes de laine, à croire que pour certains le yarn festival c’est l’occasion de se fournir pour un an.

Le petit plus agréable du festival, c’est de rencontrer des tricoteuses et crocheteuses. Beaucoup de groupes se rejoignent dans des cafés pour discuter et tricoter. Nous avons pour notre part, rejoint un groupe de tricoteuses françaises pour un moment insolite dans un restaurant-bar.

Le festival fut l’occasion pour moi de découvrir deux marques françaises que je vous recommande chaudement : la bien aimée et la fée fil. Enfin, j’ai découvert un hurluberlu, star du tricot : Stephen West. Et quand je dis hurluberlu, voyez par vous même !

Emportée par l’euphorie du moment,  j’ai fait l’acquisition de plusieurs écheveaux. J’ai découvert que mettre un écheveau en pelote, c’était un jeu d’enfant, qu’il suffisait pour cela d’huile de coude et d’un peu de patience. Crocheter ou tricoter avec une laine aux couleurs sublimes est un vrai délice. J’ai utilisé un premier écheveau de la bien aimée pour crocheter un gilet à Minicap, en suivant le livre de Zess : mini-dressing au crochet.

Quant au tricot, je débute, je m’entraîne avec une laine moins précieuse et bien vite je compte utiliser la laine émeraude rapportée d’Edimbourg pour confectionner quelque chose !

Je n’ai aucun regret d’être passée par le yarn festival, même si je ne le ferais pas tous les ans, ce fut une expérience insolite et amusante. Si vous voulez voir plus de photographies du festival, c’est par ici !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :