Aller au contenu principal

Mes lectures d’hiver

L’hiver touchant ENFIN à sa fin (je n’en peux plus !!!) je reviens vers vous pour parler de mes lectures de la saison avec quelques jolies découvertes dont une énorme qui m’obsède depuis.

La passe-miroir

Je commence d’ailleurs avec cette dernière : la sage de la passe-miroir de Christelle Dabos. Une fois n’est pas coutume, je me suis tournée vers le style fantastique. Ce genre m’a rarement attiré, je n’ai d’ailleurs pas lu les Harry Potter, mais j’avoue avoir été influencée à la fois par certains retours sur les réseaux sociaux mais également par une connaissance qui a adoré. Aussi, je me suis lancée et je n’ai pas regretté. 

La saga de la passe-miroir raconte en trois tomes (un quatrième est prévu, il viendra conclure la saga) retrace l’histoire d’Ophélie, une jeune femme à la fois maladroite et volontaire. Elle évolue dans un monde imaginaire composé de différentes arches gouvernées par des esprits de famille. Comme la plupart des êtres de ce monde, Ophélie possède des pouvoirs spéciaux : elle peut lire l’histoire des objets qu’elle touche et elle peut passer à travers les miroirs. Au début du tome 1, Ophélie est contrainte de se soumettre à un mariage diplomatique, l’obligeant à quitter son arche pour rejoindre une nouvelle à des milliers de kilomètres. Si, dès le départ, on accroche, pris par la curiosité de découvrir ce nouveau monde aussi inconnu pour Ophélie que pour le lecteur, on est vite rattrapé par l’intrigue, la magie et les relations complexes entre les personnages. Pour tout vous dire, j’ai lu les trois tomes, soit 1500 pages, en 6 jours seulement. Et je suis tellement esseulée depuis que j’ai terminé le troisième tome, l’auteur n’ayant même pas terminé d’écrire le quatrième, que je suis à deux doigts de tout relire à nouveau ! Et là, vous avez le droit de me traiter de folle. 

Vous l’aurez compris, je recommande chaudement cette saga. Certes, l’entrée dans l’univers des arches est un peu longue à se faire dans le tome 1 Les fiancés de l’hiver, mais ce n’est que pour mieux comprendre et s’imprégner de cet environnement. Christelle Dabos n’a pas juste une imagination débordante, elle est également dotée d’une jolie plume qui rend la lecture vraiment agréable.

The paper magician

Voulant continuer sur ma lancée, j’ai jeté mon dévolu sur The paper magician de Charlie N. Holmberg. L’intrigue se situe dans le Londres de la fin du 19ème siècle. Malgré un fond réaliste, l’aspect fantastique n’est pas loin puisque l’héroïne de l’histoire étudiante en magie est contrainte de se spécialiser dans la magie du papier. C’est ainsi qu’elle rejoint son nouveau professeur, chez qui elle va vivre pour parfaire son art de la magie. En parallèle, on apprend qu’il existe toutes sortes de magiciens, dont des magiciens utilisant le corps humain … 

Si la trame de fond aurait pu être intéressante (j’ai aimé l’image des objets en origami utilisés pour user de la magie), j’ai trouvé que l’écriture laissait à désirer. Certains passages sont incroyablement longs et j’ai trouvé cela assez inutile. J’ai même sauté des passages, chose que je ne fais JAMAIS, d’ordinaire. Aussi, ce livre qui peut plaire (peut-être davantage à un jeune public) m’a plutôt déçue. Au point que je ne continuerai pas la saga.

La tresse de Laetitia Colombani

Ce livre était dans ma liste depuis un moment. Il s’agit d’un premier roman, remarquablement bien construit. En effet, telle une tresse qui s’entremêle pour se rejoindre en un point final, la tresse suit trois histoires de femmes à des points différents du monde : en Inde, en Italie et aux Etats-Unis. C’est un livre sur l’accomplissement de trois femmes, sur les liens invisibles qui nous unit à travers le monde. J’ai beaucoup aimé ce roman qui se lit aisément.

Vera de Karl Geary

Je dois avoir un lien particulier avec les auteurs irlandais, car je finis toujours sans le chercher, par lire des livres irlandais … Vera en fait partie. Il s’agit d’une histoire d’amour atypique entre un jeune homme un peu perdu et une femme d’âge mure qui l’est tout autant. Au départ j’ai été rebutée par le texte écrit à la deuxième personne. Ce n’est vraiment pas ma tasse de thé du tout. Pourtant, je me suis laissée prendre par ce récit tout en finesse et sensibilité. 

C’est où, le nord ? De Sarah Maeght

Il s’agit d’un premier roman écrit par un professeur de français, dans le secondaire. L’histoire suit une jeune professeur qui raconte avec beaucoup de tendresse et de réalisme des instants de sa vie professionnelle mais également personnelle. L’héroïne se pose des questions sur son avenir amoureux et géographique. En toile de fond, il y a une intrigue autour d’une petite enquête mystérieuse. Ce livre a le mérite de mettre en avant les affres des jeunes adultes en plein questionnement sur leur avenir. Les amis de l’héroïne sont particulièrement attachants et l’intérêt de l’histoire réside certainement dans ce détail.

 

Je vous laisse donc avec mes lectures de l’hiver. Pour le printemps qui débarque, n’hésitez pas à me suggérer des lectures. J’aimerais lire d’autres livres du genre fantastique mais je ne trouve rien qui m’emballe, pour l’instant. Si vous avez des conseils, je suis toute ouïe !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Archives

%d blogueurs aiment cette page :